/opinion/blogs/columnists
Navigation

Deux cas de censure par Facebook!

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelques jours, le 19 mars, Facebook m’envoyait une notification pour m’apprendre que j’étais désormais sous surveillance.

La raison? J’avais, quelques jours auparavant, publié un statut critique, sur le mode deuxième degré, ou si on préfère, sur le mode moqueur, à propos de cette agence de consultants de Colombie-Britannique qui présentait la présence des francophones comme un désagrément au Canada. Je critiquais cette idée en en riant. Facebook y a vu un discours haineux et me menaçait de me censurer si je transgressais encore une fois les règles de la communauté. Comme qu'y dirait: eh ben! Je précise que j’ai remis en question devant le tribunal facebookien cette censure, sans succès. Au bout d’environ 45 secondes, la censure était confirmée. Apparemment, Facebook ne doutait pas de sa décision.

Capture d'écran, Facebook

Capture d'écran, Facebook

Capture d'écran, Facebook

Il y a une suite.

Ce soir, le 24 mars, Faceboook a suspendu pour 24h mon droit de publier sur mon compte. La raison? Une chronique parue dans Le Journal de Montréal le 20 janvier 2021, où je critiquais la ville d’Ottawa, qui invitait la population à miser sur la masturbation plutôt que sur les «rapprochements» en vrai pendant la pandémie. Apparemment, cette chronique parue il y a deux mois (DEUX MOIS) méritait d’un coup d’être signalée car elle ne respectait pas les standards en matière de pornographie et d’actes sexuels! Appelons ça un vrai délire. Je précise que je me suis contenté de partager le 20 janvier ma chronique telle qu’elle apparaissait sur le site du Journal avec la photo qui l’accompagnait. J’ai contesté cette décision. Facebook n’a même pas considéré ma requête.

Capture d'écran, Facebook

Que se passe-t-il exactement? Comment expliquer ces deux censures en moins d’une semaine?

Un ami versé en ces matières a voulu me convaincre que des activistes cherchaient à me bannir de FB en multipliant les signalements et cherchaient à m’expulser. Est-ce vraiment possible? Dois-je vraiment voir dans cette opération une sale manœuvre?

Je ne suis pas du genre à voir partout des coups fourrés. Et je préfère y voir une défaillance de l’intelligence artificielle.

Mais je ne comprends assurément pas cette censure. Elle ne devrait pourtant pas me surprendre: la censure sur Facebook est désormais chose banale.

Je me permets néanmoins de demander: qui sont les modérateurs de Facebook?

Est-il normal de bloquer ainsi l’accès à l’espace public à quelqu’un qui s’est: 

  1. Moqué d’une publicité qui traitait les francophones à la manière d’une présence indésirable en ce pays? 
  2. Moqué dans un texte de certaines dérives des mesures sanitaires, et de le faire avec deux mois de retard?  

J’écris ce tout petit texte dans l’espoir que des gens qui, généralement, ne partagent en rien mes idées, et les jugent exaspérantes ou absolument condamnables (c’est leur droit le plus élémentaire), reconnaissent que Facebook déraille ici et que cette censure arbitraire, sans aucune légitimité, n’est pas tolérable. Elle ne devrait l’être pour aucun courant de pensée.