/opinion/columnists
Navigation

Les tueries aux États-Unis, un fléau invincible

Coup d'oeil sur cet article

Dix personnes ont été tuées au cours d’une fusillade dans un supermarché de Boulder au Colorado, la septième cette année aux États-Unis. Moins d’une semaine après la tuerie qui a fait huit morts dans la région d’Atlanta.

Ces massacres font suite à une accalmie pendant la pandémie, qui a enregistré le plus petit nombre de tueries en plus de dix ans. Il y a quand même plus de tueries de masse aux États-Unis que dans n’importe quel autre pays du monde. Comme d’habitude, des politiciens sensés ont crié « assez c’est assez ». Mais rien ne sera fait parce que des blocages politiques empêchent que des lois rationnelles sur le contrôle des armes soient adoptées par le Congrès.

Il faut bien que les gens se protègent !

Depuis la tuerie de masse de l’école de Sandy Hook en 2012, qui a fait 27 morts, les élus de plus de deux douzaines d’États ont adopté des lois, pour rendre les armes à feu encore plus facilement accessibles. À contre-courant, la ville de Boulder avait en 2018 a interdit les armes d’assaut, afin d’éviter des fusillades de masse comme celle qui venait de tuer 17 personnes dans une école de Parkland, en Floride. Il y a 10 jours, cette interdiction a été annulée par un juge qui a décidé qu’une municipalité ne pouvait pas restreindre la possession d’armes à feu légales en vertu de la loi fédérale. 

La région du Colorado, où est située Boulder, est particulièrement touchée par ce fléau. Elle a connu neuf fusillades dans des écoles depuis celle de l’école secondaire Columbine d’avril 1999 alors que douze élèves et un professeur ont été tués et vingt-quatre autres personnes blessées. En 2012, dans un cinéma d’Aurora, toujours au Colorado, douze personnes ont été tuées et cinquante-huit blessées. À la suite du massacre d’Aurora, les citoyens du Colorado se sont précipités chez leurs marchands d’armes. Leurs ventes ont augmenté de 44 % par rapport à l’année précédente.

Tueurs de masse, tous de la même origine raciale

Les fusillades de masse aux États-Unis sont le fait d’hommes blancs dans 97 % des cas dont une majorité ont des problèmes de santé mentale. La spirale des tueries de masse ne va pas s’arrêter. Au contraire, avec le désespoir grandissant, saturé d’opioïdes, des hommes blancs, elle ne peut que s’emballer.

Il est impossible d’imaginer que les États-Unis se dotent un jour de lois sensées sur le contrôle des armes à feu. Pourquoi ?

Oui, le lobby des armes à feu dépense des sommes faramineuses pour assurer l’élection de politiciens républicains à son service, tant au niveau fédéral qu’à celui des États. Mais surtout parce que malgré les terribles conséquences sociales et personnelles engendrées par la libre circulation des armes de poing et des fusils d’assaut, les Américains ne veulent pas les interdire. Les tueries dans les écoles ou ailleurs n’y changent absolument rien. La droite conservatrice ne fait que refléter ce que pense la majorité des électeurs.

À VOIR AUSSI...