/sports/opinion/columnists
Navigation

Price doit saisir sa chance

Canucks vs Canadiens
Photo Martin Chevalier Carey Price joue derrière la meilleure équipe de sa carrière et il doit profiter de cette opportunité.

Coup d'oeil sur cet article

Par le passé, on pouvait excuser Carey Price de ne pas gagner en disant qu’il n’avait pas d’équipe devant lui, mais ce n’est plus le cas. Il doit réaliser rapidement que sa meilleure chance de gagner quelque chose, c’est maintenant. 

• À lire aussi: L’horaire déraille

• À lire aussi: Les Oilers sous le choc

Si Price n’était pas dans les trois étoiles du match, habituellement, le Canadien avait peu de chances de gagner, mais aujourd’hui, il n’a plus d’excuses. Il l’a son équipe. En fait, il est l’un des gardiens les plus choyés, alors que ses coéquipiers marquent en moyenne 3,55 buts par match lorsqu’il est devant le filet. 

Qu’il en profite ! Il joue derrière la meilleure équipe de sa carrière et il doit saisir cette opportunité. C’est la marque des champions. Son inconstance est inquiétante toutefois. À chaque match, je me demande quel Carey Price on verra.  

Bon, il a été excellent en tirs de barrage samedi pour enfin donner une victoire de 5 à 4 au Tricolore. Soyons cependant honnêtes, il n’a pas connu un grand match. Il avait aussi alloué quatre buts à Winnipeg à son match précédent. 

Allen plus constant 

Price a eu une bonne séquence après les changements d’entraîneurs, mais ses deux dernières performances soulèvent des doutes. Par contre, lorsque c’est Jake Allen qui joue, je n’ai aucune inquiétude. Il a été de loin le plus constant des deux depuis le début de la saison et on le sent impliqué. J’aimerais voir la même flamme chez Price, mais je ne la sens pas. 

Les statistiques ne disent pas tout, mais elles sont nettement à l’avantage d’Allen présentement. C’est tout de même révélateur qu’Allen ait connu huit sorties avec un taux d’efficacité de ,900 ou mieux en 11 matchs alors que dans le cas de Price, c’est 11 en 20.  

Bref, Price est bon pratiquement une fois sur deux (55 %) et Allen, sept fois sur dix (72,7 %). Allen est l’un des gardiens les plus constants de la ligue, selon ce critère (7e), et Price (32e) se classe à peine dans le milieu du peloton des gardiens ayant joué au moins dix matchs. 

Sentiment d’urgence

Les années passent et j’aimerais voir Price jouer avec un sentiment d’urgence tous les soirs, comme dans les tirs de barrage samedi. Il devait absolument l’emporter pour éviter au Canadien une 10e défaite en prolongation ou en tirs de barrage et on le sentait en mission.  

Il a réussi, mais s’il ne joue pas avec la même intensité à chaque match pendant 60 minutes, Dominique Ducharme n’aura d’autre choix que de se tourner vers Allen.  

Depuis le début de la saison, je répète qu’il faut relancer Price et qu’on doit le faire jouer, mais le classement se resserre. Il faut le relancer, oui, mais pas au prix de rater les séries éliminatoires.  

Compétition interne 

Ducharme aura possiblement une grande décision à prendre. Il n’a plus le luxe de se tourner automatiquement vers Price. Il doit absolument mener l’équipe en séries et si ses meilleures chances sont avec Allen devant le filet, ainsi soit-il. C’est l’heure de créer une compétition à l’interne.  

À mon avis, Price n’a plus de corde et je crois que nous sommes rendus au point de faire une rotation pour une période d’environ deux semaines. Par la suite, qu’on donne le filet au gardien le plus méritant en espérant que l’un des deux décolle vraiment, un peu comme l’a fait Thatcher Demko à Vancouver. 

Si c’est Allen, ça ne veut pas dire qu’il sera le numéro un pendant quatre ans, mais profitons-en. Price, en pleine possession de ses moyens, sera le meilleur, mais Allen, à son mieux, peut surprendre.
 

– Propos recueillis par Gilles Moffet

ENTREFILETS   

Qu’ils profitent du congé 

La COVID-19 complique la vie du Canadien avec l’arrêt temporaire des activités. Que les joueurs en profitent pour guérir leurs bobos, car le calendrier ne sera pas facile par après et ils vont devoir donner un gros coup. Espérons que Carey Price reviendra gonflé à bloc. Avec tout ce qui se passe, je crois que n’importe qui peut gagner la coupe Stanley, cette année, à condition, bien entendu, d’entrer dans les séries.

Le 3000e match de Pierre Gervais 

Bravo à Pierre Gervais pour son 3000e match avec le Canadien ! C’est toute une carrière et je suis un chanceux qui a pu apprécier son travail et sa personnalité. Pierre m’aidait dans ma préparation lorsque je jouais à Montréal. Avant chaque match, j’allais dans son bureau 10 ou 15 minutes avant de m’habiller et je lui posais des questions sur les différentes formations du Canadien. Il me racontait des anecdotes et c’était pour moi une façon de me détendre et de faire le vide. C’était toujours relax et agréable. Il est le meilleur de sa profession et ce n’est pas pour rien que Wayne Gretzky le demandait pour faire partie d’Équipe Canada. 

Ma superstition 

J’avais une superstition concernant mon équipement et je tenais à ce que Pierre aiguise lui-même mes patins. Les autres membres du personnel pouvaient m’aiguiser mes lames à 3/8e de pouce aussi, mais je voulais que ce soit Pierre. Les lames tranchaient dans la glace et ça aidait mes poussées et mes freinages, même si c’était dur pour les hanches.  

Corey Perry impressionne 

On sait tous que Corey Perry n’a plus la même vitesse qu’avant, mais quel joueur de hockey tout de même ! Il apporte beaucoup au Canadien et on sent qu’il est très respecté. Il est patient, confiant et il sait tirer profit de sa vaste expérience. C’est tout un but qu’il a marqué en fusillade, samedi soir. Parlant de tirs de barrage, il faut rendre hommage à Tomas Tatar. Il a retenu la leçon du match précédent et on a vu à quel point il est habile. Le problème dans son cas, ce n’est pas le talent. Il ne faut pas qu’il s’endorme.