/finance
Navigation

Nouveau stade: un projet «indécent»

Ils contournent leurs obligations fiscales et quémandent néanmoins l’aide de l’État

CHRONIQUE - Rodger Brulotte
Photo courtoisie, Judith Bouchard

Coup d'oeil sur cet article

Que le gouvernement de François Legault envisage d’aider Stephen Bronfman, dont une partie de la fortune se trouve dans les paradis fiscaux, pour construire un nouveau stade de baseball, est rien de moins qu’« indécent », estime le professeur et spécialiste des questions d’évasion fiscale, Alain Deneault.

• À lire aussi: La riche famille Bronfman veut de l’argent public pour son stade

• À lire aussi: Legault ouvert à financer un stade de baseball à Montréal

• À lire aussi: Et Tampa dans tout ça?

« Nous sommes dans un moment de l’histoire où il saute aux yeux que les institutions publiques sont sous-financées, notamment dans la santé et l’éducation. Et au même moment, on a un investisseur qui demande aux gouvernements d’investir massivement dans des infrastructures sportives... Il faut quand même le faire ! »

À la demande du Journal, le professeur Deneault réagissait ainsi à l’information diffusée la veille selon laquelle la famille Bronfman cognait à la porte de Québec pour obtenir une contribution publique pour son projet de construction d’un nouveau stade de baseball à Montréal. Un projet de plusieurs centaines de millions de dollars. 

  • Écoutez l'entrevue d'Alain Deneault avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

Ce projet est d’autant plus gênant, à son point, de vue qu’il concerne un domaine (le baseball) « qui est synonyme de décadence », qui « croule sous l’argent » et qui est mené par des gens qui ont « pour des dizaines de millions de dollars d’actifs dans des paradis fiscaux ».

Stephen Bronfman est le fils du milliardaire Charles Bronfman, pointé du doigt en 2017 dans l’enquête menée par Radio-Canada et le Toronto Star, dans l’affaire des « Paradise Papers ». 

Grandes fortunes québécoises

M. Bronfman est appuyé dans ses démarches par certaines des plus grandes fortunes québécoises. Parmi elles, notons le support de Stéphan Crétier, président et chef de la direction de GardaWorld, d’Alain Bouchard, président du CA de Couche-Tard, de Mitch Garber, ex-président du CA du Cirque du Soleil, et d’Eric Boyko, PDG de Stingray.

Ce sont des gens qui ont « l’outrecuidance de contourner [leurs] obligations fiscales, mais de demander quand même à l’État – qui est toujours à court de revenus – d’en donner toujours plus pour des projets qui les concernent comme investisseurs », explique M. Deneault, au sujet des familles qui placent leur fortune dans des paradis fiscaux. 

« À un moment donné, on ne peut pas – en somnambule - entendre cela sans rien dire comme si c’était légitime. »

Claude Brochu sceptique

Pour sa part, l’ancien propriétaire des Expos, Claude Brochu, a laissé entendre mercredi que la partie était loin d’être gagnée pour les investisseurs. « Ça va prendre des gens avec des reins très solides, prêts à absorber les pertes. »

Tout aussi sceptique, l’ex-ministre du Sport devenu professeur en management de HEC Montréal, Richard Legendre, s’interroge sur les retombées financières d’un tel stade. 

« On sait qu’il n’y aura rien en bas de 500 M$ pour un stade neuf. Est-ce que ce projet rapportera plus qu’il coûtera ? C’est présentement la grande question. »  

Des milliardaires et des multimillionnaires en quête de l’argent des Québécois   

STEPHEN BRONFMAN

CHRONIQUE - Rodger Brulotte
Photo d'archives, Agence QMI
  • Président exécutif de Claridge.   
  • Fortune familiale évaluée à 3,1 G $   

ALAIN BOUCHARD

CHRONIQUE - Rodger Brulotte
Photo d'archives, Chantal Poirier
  • Fondateur et président du CA d’Alimentation Couche-Tard   
  • Fortune personnelle évaluée à 5,4 milliards $   

STÉPHAN CRÉTIER

CHRONIQUE - Rodger Brulotte
Photo d'archives, Agence QMI
  • Président et chef de la direction de Garda World.    
  • Fortune personnelle évaluée à 2 G$   

MITCH GARBER

CHRONIQUE - Rodger Brulotte
Photo d'archives, Francis Halin
  • Ex-dragon et ex-président du CA du Cirque du Soleil   
  • Fortune personnelle évaluée à 500 M$   

ERIC BOYKO

CHRONIQUE - Rodger Brulotte
Photo d'archives, Chantal Poirier
  • Président et chef de la direction de Stingray Ditital Group    
  • Fortune personnelle évaluée à 113,5 M$   

À VOIR AUSSI | 10 métiers pour revenir en force après la pandémie