/news/education
Navigation

Budget Girard: pas de création massive de places en garderie

Le gouvernement annonce 116 M$ pour accélérer l’atteinte des places promises, mais toujours pas livrées, en plus de 33 M$ pour la formation

situation Garderies
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les familles qui espéraient un coup de barre budgétaire pour accélérer la création de places en garderie devront prendre leur mal en patience. Québec n'ajoute pas de places en CPE au-delà des 15 000 promises en début de mandat, mais injecte des fonds pour former plus d'éducatrices.

• À lire aussi: Budget Girard: les choix difficiles attendront après les élections

• À lire aussi: Finances du Québec: 10 choses à retenir du budget Girard

Dans son plan de gestion, le ministère de la Famille cible à 45% son objectif annuel de création de places sur les 15 000 annoncées en début de mandat. Si l’on soustrait les places déjà livrées, le ministère souhaite créer environ 4250 places d’ici mars 2022. 

Environ 51 000 enfants sont actuellement en attente d’une place en milieu de garde au Québec. 

« La liste d’enfants qui attendent de trouver leur place; toutes ces femmes et [tous] ces hommes qui attendent une place en garderie pour être capables [...] d’aller travailler, c’est majeur », a rappelé Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire.

Subvention dans les milieux familiaux

Malgré cette situation urgente, les sommes allouées n’annoncent pas d’ouvertures massives de nouveaux milieux ou la conversion de places non subventionnées. Le cabinet du ministre insiste tout de même sur le fait que des places seront créées en milieu familial, « aspect sur lequel [il] a choisi de se concentrer », précise-t-on.

« En CPE, 16 000 places devraient être ouvertes d’ici les prochaines années », nous indique le cabinet du ministre Mathieu Lacombe.

Des 116 M$ annoncés jeudi, 97,4 M$ sur cinq ans serviront donc à la création de places dans des milieux de garde familiaux existants. Les sommes seront versées sous forme de subvention supplémentaire aux milieux qui augmenteront leur capacité.

« Afin d’inciter davantage de responsables d’un service de garde en milieu familial (RSG) à accueillir un plus grand nombre d’enfants, le gouvernement versera une aide financière additionnelle aux RSG accueillant neuf enfants », peut-on lire dans le budget Girard, qui prévoit que 3600 enfants supplémentaires pourraient ainsi obtenir une place.

9,7 M$ serviront aussi à « stimuler l’offre de garde à horaire atypique » et 3,5 M$ viendront bonifier l’offre en haltes-garderies communautaires.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

33,6 M$ dans la formation

Soulignant que «la création de nouvelles places en services de garde subventionnés pourrait être compromise par la rareté d’éducatrices qualifiées», le gouvernement Legault a aussi annoncé des sommes visant la formation des éducatrices à la petite enfance. Une enveloppe de 33,6 M$ est prévue pour l’atteinte de deux objectifs précis:       

  • 15 M$ sur deux ans pour « former davantage d’éducatrices »       
  • 18,6 M$ pour « accroître la main-d’œuvre qualifiée en services de garde »              

La première enveloppe devrait permettre, selon Québec, l’embauche rapide de 2250 éducatrices formées. Le reste servira à la promotion du métier d’éducatrice, à l’octroi de bourses dans les programmes de formation, à l’instauration de qualification des éducatrices déjà à l’emploi et à l’adaptation d’une formation universitaire pour 2190 cadres du réseau pour l’adoption de meilleures pratiques.

« Familles oubliées », selon l’opposition

En point de presse, les partis d'opposition ont critiqué ces choix du gouvernement. 

Québec solidaire se désole notamment que « M. Lacombe n’ait pas réussi à convaincre son ministre des Finances ».

Au Parti québécois, le chef Paul St-Pierre Plamondon a qualifié les familles « d’oubliées » du budget 2021-2022.

« Lorsqu’on regarde les sommes investies, en fait, on désinvestit en infrastructures dans le réseau de CPE et on octroie des sommes insuffisantes pour augmenter le nombre de places à la hauteur de la crise dans les garderies », estime le chef du PQ, qualifiant la CAQ de «gouvernement qui n’a pas les priorités à la bonne place» et « qui n’entend pas sa population ».

« Il y a de quoi se poser des questions pour les familles », croit M. St-Pierre Plamondon.

À VOIR ÉGALEMENT