/finance
Navigation

Budget Girard: des centaines de millions de dollars pour les PME et les travailleurs

Les petites et moyennes entreprises économiseront 70 millions $ par année

Concept of presentation new idea business project.Adult businessman discussing ideas with account director and creative manager in modern office. Wide.
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault mise sur une baisse de l’impôt des PME et sur la formation des travailleurs pour stimuler la relance économique post-pandémie.

• À lire aussi: Budget Girard: les choix difficiles attendront après les élections

• À lire aussi: Finances du Québec: voici 10 choses à retenir du budget Girard

Québec fait passer de 4 % à 3,2 % le taux d’imposition des plus petites PME, une mesure qui pourrait bénéficier à plus de 70 000 entreprises et qui coûtera environ 70 millions $ par année au gouvernement québécois. 

En Ontario, les petites et moyennes entreprises bénéficient d’un taux d’imposition de 3,2 % depuis plus d’un an.

« Le gouvernement souhaite que nos petites entreprises deviennent moyennes et que nos moyennes entreprises deviennent de grandes entreprises québécoises. Nous leur donnons un coup de pouce », a déclaré le ministre des Finances, Eric Girard, dans son discours sur le budget.

« Avec ce budget, le gouvernement fait confiance aux PME. Il réduit les barrières pour leur permettre de participer pleinement à la relance économique », s’est réjoui François Vincent, qui est vice-président pour le Québec à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

Le ministre des Finances, Eric Girard, ici au Salon bleu, jeudi, a annoncé une série de mesures pour les entreprises, dont l’élargissement du congé fiscal pour grands projets d’investissements. Il a connu, depuis sa création en 2012, un succès très mitigé.
Capture d’écran, TVA Nouvelles
Le ministre des Finances, Eric Girard, ici au Salon bleu, jeudi, a annoncé une série de mesures pour les entreprises, dont l’élargissement du congé fiscal pour grands projets d’investissements. Il a connu, depuis sa création en 2012, un succès très mitigé.

Technologie et garderie

D’autre part, Québec ajoute plus de 400 millions $ sur cinq ans pour aider les travailleurs qui ont perdu leur emploi à cause de la pandémie à se réorienter. 

De cette somme, 158 millions $ seront consacrés à la requalification de la main-d’œuvre et 246 millions de dollars à l’intégration des immigrants au marché du travail.

Québec souhaite notamment susciter des vocations dans les secteurs des technologies de l’information et des services à la petite enfance, où la demande en main-d’œuvre est très forte.

Rappelons que l’automne dernier, le gouvernement du Québec avait déjà annoncé un investissement de 459 millions $ pour favoriser la réintégration des Québécois sur le marché du travail.

Québec veut également encourager les entreprises à accroître leurs investissements. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Appui à l’investissement

Le gouvernement bonifie temporairement, jusqu’à la fin de 2022, son crédit d’impôt à l’investissement et à l’innovation, ce qui devrait lui coûter près de 290 millions $.

Le gouvernement élargit en outre le congé fiscal pour grands projets d’investissement, qui a connu assez peu de succès depuis son lancement, en 2012. 

Le ministère des Finances prévoit y injecter 117 millions de dollars de plus d’ici 2026. Il s’agit d’un objectif fort ambitieux puisque le programme a coûté à peine 25 millions $ à l’État au cours des trois dernières années.

Entre autres mesures annoncées jeudi, notons une somme de 95 millions $ pour renouveler la Stratégie québécoise de l’aérospatiale, 35 millions $ pour l’industrie de l’aluminium et plus de 100 millions $ pour soutenir les entreprises forestières.

Le budget Girard pour les entreprises   

  • Main-d’œuvre 404 M$  
  • Baisse d’impôt pour les PME 347 M$  
  • Crédit d’impôt pour l’investissement 290 M$  
  • Industrie touristique 215 M$  
  • Congé fiscal pour les grands projets 117 M$  
  • Secteur forestier 111 M$  
  • Industrie aéronautique 95 M$  
  • Institut national d’optique 75 M$  
  • Minéraux critiques et stratégiques 22 M$