/sports/racing
Navigation

De très grands souliers à chausser pour Mick Schumacher

Le pilote recrue devra se résigner à constamment être comparé à son célèbre père

AUTO-PRIX-F1-BAHRAIN-TEST
Photo AFP Neuf ans après la retraite de son célèbre père, Michael, l’Allemand Mick Schumacher va faire renaître un nom célèbre en Formule 1.

Coup d'oeil sur cet article

Des duos père-fils, il y en a un certain nombre en F1, mais seulement deux familles ont connu l’ultime consécration.

• À lire aussi - Une heure d’essais libres en moins

• À lire aussi - Haas: russe ou américaine?

• À lire aussi - F1 2021: le calendrier

En 1996, le Britannique Damon Hill a remporté le championnat du monde 28 ans après que son père Graham eut signé le dernier de ses deux titres en F1. 

C’est avant que l’Allemand Nico Rosberg, en 2016, ne suive les traces du paternel, Keke, couronné en 1982.

Un autre duo mémorable, celui de Gilles et de Jacques Villeneuve, aurait pu aussi marquer l’histoire de la F1. En 1997, le fils a réalisé le rêve de son père qui, s’il n’avait pas été victime d’une embardée tragique 15 ans plus tôt en Belgique, l’aurait probablement précédé. Tôt ou tard.

Le centre d’attraction

Personne n’est mieux placé que Rosberg pour exprimer ce que s’apprête à vivre Mick Schumacher, le fils de Michael, septuple champion du monde, qui va entreprendre en fin de semaine à Bahreïn sa carrière dans la discipline-reine du sport automobile au volant d’une Haas.

« Non, ce n’est pas facile d’être le fils de... », a affirmé Nico, sur les ondes du réseau britannique Sky Sports, dont il est consultant.

« Et surtout d’être le fils de Michael Schumacher, une légende de notre sport », a-t-il renchéri. Il sera le centre d’attraction en ce début d’année. Les médias vont probablement lui accorder beaucoup plus d’attention qu’à Lewis Hamilton.

« Je souhaite juste que Mick puisse se concentrer sur son métier de pilote. Je sais très bien que son entourage va veiller à son bien-être et surtout s’assurer d’éviter toute distraction ou question concernant son père. »

Un Montréalais à ses côtés

Âgé de 22 ans, Mick peut notamment compter sur les conseils du directeur des communications de l’écurie américaine, Stuart Morrison, un Canadien d’origine qui a vécu pendant de nombreuses années dans l’ouest de Montréal.

Michael Schumacher, auteur de 91 victoires en F1, a disputé le dernier de ses 307 Grands Prix en novembre 2012 au Brésil à bord d’une Mercedes. 

Treize mois plus tard, il subissait un traumatisme crânien à la suite d’une chute en ski à la station de Méribel, en France. Il n’a pas été revu en public depuis. 

Villeneuve : « La pire équipe »

À quelques jours d’entamer une nouvelle saison à titre d’analyste de la F1 sur les ondes de Canal +, qui détient les droits de diffusion des Grands Prix en France, Villeneuve prétend, lui, que les premiers tours de roues de Schumacher ne seront pas de tout repos. Malgré tout son talent.

« C’est connu qu’il est capable d’aller très vite, a souligné le pilote québécois, mais son apprentissage a toujours pris un certain temps même s’il a toujours bénéficié d’un matériel très compétitif dans les rangs inférieurs. En Prema, il a pu compter sur une organisation de premier plan, que ce soit en F3 ou en F2. »

Mais cette fois, d’indiquer Villeneuve, il devra se résigner à rouler en queue de peloton. Bien malgré lui.

« Pas parce qu’il n’a pas d’expérience en F1 et que le calibre est relevé, a-t-il ajouté, mais plutôt parce qu’il se retrouve au sein de la pire équipe du plateau. Ce ne sera pas facile pour lui de vivre cette pression négative en sachant que les choses ne vont pas s’améliorer en cours de saison », a-t-il conclu.


Parmi les autres duos père-fils connus dans l’histoire de F1, on peut mentionner les Mario et Michael Andretti, Nelson Piquet senior et junior, Jos et Max Verstappen, Jan et Kevin Magnussen, Wilson et Christian Fittipaldi, Jonathan et Jolyon Palmer, Satoru et Kazuki Nakajima, Manfred et Markus Winkelhock, Hans et Hans Joachim Stuck, Antonio et Alberto Ascari, ainsi que Jack Brabham et ses fils Gary et David. Quant à Emerson Fittipaldi, c’est son petit-fils Pietro qui a remplacé Romain Grosjean chez Haas pour deux courses en fin de saison 2020.