/sports/racing
Navigation

2 champions sans complexe

Fernando Alonso et Sebastian Vettel croient en leurs chances de gagner en 2021

Coup d'oeil sur cet article

Deux des pilotes actifs les plus expérimentés en Formule 1, Fernando Alonso et Sebastian Vettel, partagent plusieurs points en commun.

Ils sont champions du monde à plus d’une reprise, ils comptent plus de 30 victoires, ils découvrent cette année une nouvelle écurie et ils ont aussi remporté le Grand Prix de Bahreïn au moins trois fois.

À l’aube du premier Grand Prix de la saison, ces deux vétérans n’ont pas caché leur fébrilité à l’idée de relancer leur carrière dans la discipline-reine du sport automobile.

C’est surtout le cas d’Alonso, qui, après un séjour plutôt misérable chez McLaren où il a été privé de podiums, a pris une pause de deux ans pour aller explorer de nouvelles avenues en Série IndyCar aux États-Unis et dans les épreuves d’endurance. Non sans un certain succès.

« Ma passion est intacte »

L’Espagnol renoue cette année avec la F1 au sein d’Alpine (ex-Renault), cette même organisation qui lui a procuré ses deux Championnats du monde en 2005 et 2006.

« Je reviens en F1, a-t-il indiqué en conférence de presse hier, parce que ma passion est intacte et que j’éprouve toujours ce plaisir de courir. Cette équipe a un grand potentiel et je veux contribuer à son succès. 

« Je ne me suis pas fixé d’objectifs précis pour la première année, mais c’est certain que je veux accumuler les bons résultats le plus rapidement possible. La victoire est toujours possible. Le but n’est pas de faire de la figuration. »

Alonso, qui célébrera ses 40 ans le 29 juillet prochain, n’a pas accédé à la plus haute marche du podium depuis sa victoire mémorable devant son public en mai 2013 à Barcelone. C’était à bord d’une Ferrari.

« Il est beaucoup question de mon âge depuis que j’ai annoncé mon retour en F1, a raconté le principal intéressé. Je suis toujours surpris de la réaction des gens à ce sujet parce que je sais, moi, que je ne suis pas vieux. »

Alonso est le deuxième pilote le plus âgé du plateau derrière Kimi Räikkönen, qui aura 41 ans en octobre prochain.

« Regardez Lewis [Hamilton], il a 36 ans et il domine toujours sa discipline, de rétorquer Alonso. Je n’ai quand même pas 20 ans de plus que lui. »

Vettel : « Mes attentes sont élevées »

Le discours est sensiblement le même pour Vettel, un autre champion sans complexe qui se sent encore très motivé à ajouter un cinquième Championnat du monde à son palmarès.

Après six ans passés chez Ferrari, le pilote allemand a été recruté par la nouvelle écurie Aston Martin, ex-Racing Point, pour la saison 2021. 

« Je suis encore bon, a-t-il déclaré aux journalistes, pour gagner des courses et me battre pour le championnat. Si mon niveau de motivation n’était pas aussi élevé, je ne serais pas ici à vous parler.

« En F1, la base d’une recette gagnante, c’est évidemment d’avoir une bonne voiture entre les mains, dit-il. Si j’ai accepté ce nouveau défi chez Aston Martin, c’est que cette équipe est sérieuse dans ses intentions. Elle a connu une bonne fin de saison l’an passé. C’est de bon augure. Tous ces facteurs font en sorte que mes attentes sont élevées. »

Le moins rapide à Bahreïn

Or, les récents essais hivernaux, réduits à seulement trois jours, n’ont pas été fructueux pour Vettel, qui, parmi les pilotes titulaires, a bouclé le moins de tours (117) à Bahreïn tout en réalisant le chrono le moins rapide. 

La monoplace a été notamment confrontée à quelques pépins mécaniques.

« On aurait voulu avoir plus de temps, a-t-il convenu, mais l’important, c’est d’avoir pu apprivoiser ma nouvelle voiture, qui est différente de celle [Ferrari] que j’ai pilotée l’an dernier.

« Je ne suis pas inquiet pour la première course, conclut-il. La situation est la même pour tout le monde. Tous les pilotes auraient souhaité avoir la chance de rouler plus longtemps avant le début de la saison. Le vrai test, c’est en fin de semaine et surtout dimanche. »

Fernando Alonso

Photo AFP

Né le 29 juillet 1981 à Oviedo, en Espagne  

Champion du monde en 2005 et 2006 au volant d’une Renault 

312 départs en F1 

32 victoires (6e rang de tous les temps) 

22 positions de tête 

23 meilleurs tours en course 

97 podiums 

3 victoires au GP de Bahreïn en 2005 (Renault), 2006 (Renault) et 2010 (Ferrari)

Sebastian Vettel

Photo d'archives

Né le 3 juillet 1987 à Heppenheim, en Allemagne

Champion du monde en 2010, 2011, 2012 et 2013 au volant d’une Red Bull

257 départs en F1

53 victoires (3e rang de tous les temps) 

57 positions de tête 

38 meilleurs tours en course 

121 podiums 

4 victoires au GP de Bahreïn en 2012 (Red Bull), 2013 (Red Bull), 2017 (Ferrari) et 2018 (Ferrari)