/news/politics
Navigation

Un conseiller de Laval payé pour trafiquer des documents

Il est accusé d’avoir permis à des gens de ne pas faire de travaux communautaires

SPO-PREDATEURS-LAVAL
Photo d’archives Jacques St-Jean, conseiller municipal de l’est de Laval, lors de la conférence de presse en 2014.

Coup d'oeil sur cet article

Un ancien conseiller municipal de Laval a été accusé d’avoir empoché de l’argent en échange de la falsification de documents permettant à des individus d’échapper aux heures de travaux communautaires imposées par le tribunal.

Jacques Saint-Jean, une figure notoire dans le monde du hockey et de la politique municipale à Laval, a comparu vendredi sous cinq chefs d’inculpation. 

Cet ancien membre de l’équipe de Gilles Vaillancourt devra notamment se défendre d’avoir entravé le cours de la justice et produit de faux documents.

L’homme de 85 ans est bien en vue dans le quartier Saint-François, qu’il a représenté durant 24 ans. 

Dans les années 1990, il y a fondé l’Association des citoyens de Saint-François. À titre de président de l’organisme, il devait notamment superviser ceux venant y faire des travaux compensatoires, par exemple pour rembourser des amendes.

Ces heures de bénévolat permettent ainsi aux citoyens démunis d’acquitter leur dû et d’éviter l’emprisonnement.

Or, en échange de paiements en argent, l’octogénaire aurait accepté de confirmer que des individus avaient fait les travaux compensatoires exigés par la cour, alors que ce n’était pas le cas. Une information anonyme transmise au Bureau d’intégrité et d’éthique de Laval/Terrebonne a mis les policiers sur sa piste en février 2020.

Piégé par un agent double

Selon nos informations, la police de Laval l’aurait fait coincer par un agent double. L’enquête aurait permis jusqu’ici de retracer une quinzaine de dossiers avec des anomalies entre août 2019 et septembre 2020, mais il pourrait y en avoir bien plus, selon nos sources. 

Le mot se passait dans certains milieux qu’on pouvait contourner une décision de la cour avec l’aide de l’ex-conseiller.

Les individus qui ont profité des largesses de Jacques Saint-Jean pourraient toutefois être également accusés. C’est d’ailleurs le cas d’un certain Dudley Charles, 42 ans, de Laval, qui a été inculpé de falsification de document, vendredi.

Rencontré à sa résidence vendredi, l’ex-politicien a dit ne pas avoir encore consulté la preuve, mais a semblé minimiser l’affaire.

« Du placotage »

« C’est de l’interprétation, du placotage. Je ne suis pas le seul à le penser. [...] Ce n’est pas la première fois que ça m’arrive. Je ne peux pas réagir présentement. Si je réagis, ça sera de l’émotion. Je veux avoir des faits », a-t-il laissé tomber.

Enseignant retraité, M. Saint-Jean s’était lancé en politique en 1993 avec le PRO des Lavallois et avait été élu à six reprises consécutives. Il fut le seul de la formation à survivre à la débandade après le départ dans la disgrâce du maire Vaillancourt.

Il était fort connu dans le monde du hockey, où il a été commentateur et entraîneur dans la Ligue junior majeur dans les années 1970. Il s’est déjà targué d’avoir la « plus grosse école de hockey au monde ».

Ironiquement, la Ville envisageait de donner son nom à un aréna. « Avec ce que l’on voit dans l’actualité, le comité exécutif va réfléchir à ce qu’on va faire », a indiqué Robert-Charles Longpré, porte-parole du cabinet du maire Marc Demers.

Jacques Saint-Jean doit revenir au tribunal le 18 juin prochain. 

En bonne compagnie 

Plusieurs élus du parti PRO des Lavallois de l’ex-maire Gilles Vaillancourt ont eu des ennuis avec la justice ces dernières années 

  • Après un règne de plus de 20 ans à la mairie de Laval, Vaillancourt a été condamné à six ans de prison en 2016 pour fraude, complot et abus de confiance. 
  • En 2017, sept anciens élus du parti, dont l’ex-maire Alexandre Duplessis, ont reçu des amendes du Directeur général des élections pour financement illégal. 
  • Accusée d’avoir volé l’organisme communautaire L’Entraide Pont-Viau, qu’elle dirigeait depuis des années, l’ex-conseillère Claire Le Bel est présentement en attente de son procès.  

Avec la collaboration de Sarah-Maude Lefebvre