/news/society
Navigation

Crise sanitaire: des mesures prolongées pour aider les personnes en situation d'itinérance à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Certains services de répit et d’hébergement mis en place pendant la période hivernale seront prolongés jusqu’en juin prochain pour faire face à la crise sanitaire qui continue de faire rage à Montréal.

Les 1000 places temporaires ajoutées cet hiver en centre d’hébergement d’urgence seront ainsi maintenues en partie jusqu’à la fin du mois de juin, au lieu d’être retirées le 31 mars 2021. Leur nombre va cependant progressivement diminuer à partir de mai.

Une offre de logement rehaussée sera cependant proposée pour compenser la fermeture de ces lits et pour favoriser la stabilité résidentielle des personnes en situation d’itinérance dans la métropole.

«La pandémie de COVID-19 a exacerbé les inégalités et mis à mal les populations les plus vulnérables. À Montréal, les conséquences ont été particulièrement sérieuses pour les personnes en situation d’itinérance. Nous continuons, avec le prolongement des mesures, à les soutenir activement», a déclaré vendredi par voie de communiqué le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux Lionel Carmant.

La grande unité de débordement de 371 lits à l’Hôtel Place Dupuis sera donc maintenue, tout comme le service d’hébergement d’urgence du Complexe Guy-Favreau et les deux sites d’hébergement disponibles dans l’Est (le Y Hochelaga et le Centre sportif Pierre-Charbonneau) qui seront ouverts jusqu’au 30 juin.

La halte-répit au Grand Quai sera quant à elle ouverte jusqu’en mai.

«En collaboration avec le réseau de la santé et des services sociaux et nos partenaires communautaires, nous avons mis en place, cet hiver, le plus important plan de mesures hivernales de l’histoire de Montréal, qui contient deux fois plus de ressources que l’année dernière. C’est avec soulagement que je salue le prolongement de ces mesures pour quelques mois», a souligné la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Les services pour les femmes, tels que l’hébergement non mixte Chez Doris et l’étage non mixte à l’Hôtel Pierre Dupuis, seront par ailleurs maintenus.