/sports/fighting
Navigation

Des promoteurs coincés

Camille Estephan et Yvon Michel peuvent présenter un seul gala par mois

Jean Pascal contre Steve Bossé
Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin Le promoteur du Groupe GYM, Yvon Michel, lors d’une conférence de presse au Casino de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

En raison du protocole mis en place par la Santé publique, les promoteurs de boxe seront limités dans le nombre d’événements qu’ils pourront organiser dans les prochains mois au Québec. Un constat qui suscite de l’incompréhension et de la frustration.

Les promoteurs Camille Estephan et Yvon Michel ont reçu des directives à ce sujet dans les dernières semaines. Ce fut tout un casse-tête pour fixer les trois prochaines dates de leurs événements. 

Ils doivent respecter des délais totalisant 25 jours avant et après chaque gala. En résumé, il sera impossible pour eux d’organiser plus d’une carte de boxe lors des prochains mois. Et personne ne sait pendant combien de temps cette procédure sera en place. 

Par exemple, Groupe Yvon Michel (GYM) présente un gala le 18 juin. La quarantaine des boxeurs et des officiels de la Régie commencera le 4 juin. Si les dirigeants d’Eye of the Tiger Management (EOTTM) voulaient organiser un événement après cette date, ils devraient attendre jusqu’au 3 juillet. 

Cette directive de la Santé publique met des bâtons dans les roues des deux promoteurs qui avaient des plans pour le printemps. Estephan a réservé les dates du 17 avril et du 15 mai pour la présentation de deux galas. Pendant ce temps, Michel ne peut pas organiser d’événements. Même chose pour Estephan au mois de juin. 

« On nous a mentionné que la Régie ne peut pas diviser son équipe d’officiels et de superviseurs, a indiqué Yvon Michel au Journal de Montréal. On avait prévu de faire au moins un gala avant celui de juin pour donner de l’action à nos boxeurs, mais ce ne sera pas possible.

« Il y aura des mécontents parce qu’on est limités dans le nombre de combats (7) qu’on peut présenter le 18 juin. »

Du côté d’Estephan, la déception est aussi palpable. 

« J’avais des plans pour juin comme à chaque année, a-t-il souligné. On va devoir se pencher sur des alternatives. »

L’homme d’affaires pense à ses boxeurs, mais aussi à son site Punching Grace. Pour conserver ses abonnés payants, il doit produire et livrer du contenu sur une base régulière. C’est notamment pour cette raison qu’il a organisé quelques galas au Mexique durant l’hiver. 

Remplaçant souhaité

Estephan et Michel ne le diront pas publiquement, mais ils souhaitent l’embauche d’un remplaçant pour combler le départ de Michel Hamelin qui a pris sa retraite dans les derniers mois. 

Lorsqu’il était le responsable des sports de combat à la Régie, Hamelin était capable de faire preuve de diplomatie lors de l’application des règlements. Il était aussi en mesure de mettre son pied à terre lors des situations plus corsées. 

« Nous sommes en train d’analyser la situation, a souligné la porte-parole de la Régie, Joyce Tremblay. On est en train de regarder nos besoins.

« Pour le moment, c’est Mario Lacroix qui s’occupe des sports de combat et il fait du très bon travail. Cependant, ça ne veut pas dire que Michel Hamelin ne sera pas remplacé. »

En mode attente

Pendant ce temps, Arslanbek Makhmudov et Christian Mbilli continuent de patienter en prévision de leurs chocs prévus au mois d’avril. 

Estephan attend encore la confirmation de l’identité de l’adversaire de Makhmudov de la part de Golden Boy Promotions et de DAZN. Le géant russe doit monter sur le ring le 24 avril.

Du côté de Mbilli, le temps presse alors qu’il doit se battre le 8 avril à Porto Rico. Estephan a accepté tous les adversaires offerts à son boxeur, mais la confirmation tarde à rentrer dans sa boîte de courriels.