/misc
Navigation

Frontière: le méga cafouillage d’Ottawa

Coup d'oeil sur cet article

On se doutait bien que le gouvernement Trudeau avait cafouillé dans la gestion de la frontière durant la pandémie.

C’est maintenant confirmé.

« L’Agence de la santé publique du Canada n’avait pas de plan pour gérer l’ordonnance de mise en quarantaine obligatoire à l’échelle nationale qui était nécessaire pour limiter la propagation du virus responsable de la COVID-19 ni les capacités voulues pour vérifier la conformité à une telle ordonnance. »

En gros, la frontière a été une passoire durant les semaines et les mois les plus critiques de la pandémie.

Le constat est celui de la vérificatrice générale du Canada, Karen Hogan. Pas d’un porte-parole conservateur, du NPD ou du Bloc québécois. Ni d’un quelconque commentateur ou analyste politique. Mme Hogan est une agente indépendante du Parlement. 

Et son bilan de la gestion de la frontière par Ottawa dans les premiers mois de la pandémie est peu reluisant. 

Strictes ? 

Justin Trudeau pourra bien continuer de marteler que le Canada a mis en place les mesures aux frontières parmi les plus strictes de la planète. 

La vérité, c’est que lesdites mesures, particulièrement la quarantaine, ont été peu surveillées. 

Un exemple ? 

Du 5 mai au 30 juin, « seulement 58 % des voyageurs présentant des symptômes possibles de COVID-19 avaient reçu un appel, et ce, même si leur suivi était prioritaire », selon le rapport. 

Je conviens qu’il est impossible de suivre à la trace tous ceux qui rentraient au pays. 

Or, nous avons su rapidement que ces voyageurs constituaient l’un des principaux vecteurs de propagation. Le fédéral ne leur a tout simplement pas donné l’attention qu’ils méritaient.

Tout au long de la pandémie, le gouvernement Trudeau s’est fait tirer l’oreille par les provinces qui réclamaient un meilleur contrôle aux frontières. 

Le temps leur a donné raison sur toute la ligne.