/news/coronavirus
Navigation

La longue COVID-19 touche plus qu’on ne le pense

Coup d'oeil sur cet article

Une des facettes méconnues de la pandémie, c'est ce qu'on appelle la longue COVID-19, qui concerne les personnes qui gardent des symptômes des mois après avoir développé la maladie. Ce phénomène touche beaucoup plus de gens qu'on pense. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

La vie de Virginie Gagnon a basculé au début du mois de février, quand elle a contracté la COVID-19. Le simple fait de sortir son bac de recyclage devient une épreuve pour elle. L'infirmière de Saint-Joseph-de-Coleraine est toujours en arrêt de travail: «Je suis constamment fatiguée et j’ai de la difficulté à respirer. Beaucoup de problèmes cognitifs aussi, de la difficulté à me concentrer et souvent des pertes de mémoire. Il y a des journées que je dois rester couchée tellement je suis incapable de faire quoi que ce soit».

Trouble de concentration, insomnie, douleurs musculaires, difficultés respiratoires, fatigue; ce sont des symptômes que voit fréquemment le Dr Alain Piché chez les quelque 400 patients qu'il suit à la clinique post-COVID-19 de Sherbrooke: «Ce sont des gens qui étaient actifs et qui deviennent incapables de fonctionner normalement. Ces gens-là vivent de grands impacts dans leur vie de tous les jours».

La longue COVID-19 touche 75% des patients qui ont été hospitalisés, et 30% de ceux qui ont eu la maladie moins sévèrement. «Donc ce n’est pas négligeable. Une incidence aussi élevée, personne n’aurait pu prédire ça», souligne le docteur Piché. Selon lui, il est trop tôt pour savoir si la vaccination va diminuer les risques de développer la longue COVID-19.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres