/weekend
Navigation

Ces enseignants qui changent des vies

Le Club Vinland
Photo courtoisie, Films Opale Sébastien Ricard incarne le Frère Jean, un enseignant adulé par ses élèves, dans Le Club Vinland.

Coup d'oeil sur cet article

On a tous déjà eu un prof inspirant qui a influencé notre parcours d’une manière ou d’une autre en nous motivant ou en nous faisant découvrir une passion ou un talent dont on ignorait jusque là l’existence. Avec son film Le Club Vinland, le cinéaste Benoit Pilon a voulu rendre hommage à ces enseignants qui changent des vies.

Campé dans un collège de garçons de Charlevoix à la fin des années 1940, Le Club Vinland nous amène dans la classe du Frère Jean (Sébastien Ricard), un enseignant très apprécié par ses élèves qui est toutefois perçu comme trop progressiste par ses supérieurs. 

Afin de motiver ses élèves et d’empêcher le décrochage d’un nouvel étudiant en difficultés (Arnaud Vachon), le frère Jean convaincra sa classe d’embarquer dans un projet de fouilles archéologiques visant à retrouver des traces du passage d’une colonie viking (le Club Vinland) sur la côte du Saint-Laurent.

En lisant une première version du scénario du Club Vinland [écrit par Normand Bergeron et Marc Robitaille], il y a une dizaine d’années, Benoit Pilon (Iqaluit, Ce qu’il faut pour vivre) a été interpellé par la thématique du professeur inspirant incarnée par le personnage du Frère Jean.

« Je trouvais que c’était une idée intéressante, dans le contexte de la Grande Noirceur, de mettre en scène un homme qui voit à quoi pourrait ressembler le Québec de l’avenir et qui voit avec son travail d’enseignant la possibilité de sortir ses jeunes élèves de leur indigence en leur donnant une chance de s’épanouir », souligne Benoit Pilon en entrevue au Journal.

Universel 

Plusieurs films centrés autour de personnages de professeurs charismatiques et inspirants ont marqué les esprits au fil des années. On pense évidemment à La société des poètes disparus, avec le regretté Robin Williams, mais aussi aux Choristes, qui met en vedette Gérard Jugnot. 

« La thématique de l’enseignant est quelque chose qui revient assez souvent dans l’histoire du cinéma, observe Benoit Pilon. C’est même pratiquement devenu un genre en soi. Quand j’ai lu le scénario du Club Vinland pour la première fois, j’ai vu la possibilité de réaliser un grand film populaire qui s’adresse à la sensibilité et à l’intelligence du public, tout en étant sincère et proche des personnages. Je crois qu’on a tous eu un prof dans notre vie qui a été important et qui nous a changés. C’est une thématique universelle et je me disais que si on arrivait à bien l’amener, ça avait le potentiel de rejoindre beaucoup de gens. »

Sébastien Ricard, qui prête ses traits au personnage du Frère Jean, estime que la sortie du Club Vinland tombe à point en cette période où « l’enseignement a cruellement souffert depuis un an en raison de la pandémie. » « Je pense que ça va faire du bien aux gens de voir un film comme ça », souligne-t-il.

Benoit Pilon abonde dans le même sens : « En cette année de pandémie, je crois qu’on s’est rendu compte à quel point c’est important pour les jeunes de pouvoir être en face de ces personnes-là qui peuvent être inspirantes pour eux, ajoute le cinéaste. 

“Il faut que les profs soient appréciés à leur juste valeur et que ce métier-là soit reconnu. S’il y a un écho contemporain à ce film, c’est qu’il faut faire attention aux profs et leur donner la chance d’être les personnes inspirantes qu’ils doivent être pour les jeunes. L’influence positive que peut avoir un prof est quelque chose qui peut rester pour toujours.”

Une sortie attendue

Le Club Vinland devait initialement prendre l’affiche en avril 2020. Repoussée à quelques reprises en raison de la pandémie, la sortie du film aura finalement lieu avec un an de retard, un mois après la réouverture des salles.

“Je suis content de participer à la relance des cinémas même s’il y a toujours une petite crainte que notre film serve de ballon d’essai, admet Benoit Pilon. Mais on croit beaucoup au film et on voulait être sûr d’avoir la meilleure plateforme possible pour le lancer. C’est pour ça qu’on attend depuis un an. Mais là, avec les cinémas qui ont rouvert leurs portes le mois dernier et le couvre-feu qui a été déplacé à 21 h 30, on sentait que c’était le bon moment. »


Le Club Vinland met aussi en vedette Rémy Girard, François Papineau, Émilie Bibeau et Fabien Cloutier. Le film prend l’affiche le 2 avril.