/misc
Navigation

En mode séduction...

SPO-Annonce d'une possibilité de partage d'une équipe de baseball á Montréal avec les Rays de Tampa Bay
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Pierre Boivin et Stephen Bronfman travaillent sans relâche dans le dossier du retour du baseball majeur à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

C’était écrit dans le ciel. Stephen Bronfman et son groupe passent en mode séduction avec les décideurs gouvernementaux.

Réglons une affaire de facto. Je suis POUR l’injection de fonds publics dans un projet de stade de baseball au bassin Peel. Toutefois, il doit y avoir une condition non négociable. Le fric pompé dans le futur parc en plein air doit être allongé sous garantie tangible. Autrement dit, les contribuables québécois doivent avoir l’assurance de faire une couple de piastres, mais surtout de n’en perdre aucune. 

Ça tombe bien. François Legault est un chef d’État tout désigné pour fermer le meilleur deal avec le groupe Bronfman. Si en cours de pandémie on a un peu perdu le goût de confier la garde de nos enfants au premier ministre du Québec, en revanche, on lui confierait la gestion de notre portefeuille les yeux fermés.  

Les stratèges du clan Bronfman savent pertinemment qu’il leur faut d’abord régler une intention avec le premier ministre du Québec. « Timing is everything », disait la regrettée Rose Ouellette. En effet. Legault est en mode grands projets. Il souhaite investir massivement afin de relancer l’économie du Québec. Le projet de stade est une formule mathématique louable. Il y aura dans les poches des Québécois un retour minimum de 20 % pour chaque dollar coûtant du futur parc.
Stade de 500 M$ : 100 M$ en retombées directes pour vous pis moi. Tout ça avant la première balle rapide lancée vers le marbre... Simpliste, mais réel. 

Quant aux retombées intangibles, elles sont perceptibles. Au sortir de la pandémie, le Québec aura besoin de projets fédérateurs. Il faudra, outre s’occuper de nos finances personnelles, s’occuper de notre moral collectif. On n’aura pas de trop d’un club de balle ajouté à nos clubs de hockey, de soccer et de football pour créer de la fierté. Surtout dans un parc en plein air tout neuf et accueillant.

Position de force

M. Legault est en position de force. Il sait qu’il est la plus grosse pièce du montage financier de Bronfman. Ce dernier sera enclin à faire quelques concessions. Surtout qu’en parallèle de sa négociation avec Québec, son bon ami Justin se fera réélire avec une majorité écrasante et sera libre de soutenir le grand projet presque sans contreparties. Qui sait si, rendu là, Denis Coderre n’aura pas su convaincre une majorité de Montréalais de lire son livre... Stephen Bronfman pourrait se retrouver avec un projet extraordinaire pour lequel il n’aura au bout du compte allongé qu’une infime partie du fric. 

Savez quoi ? C’est merveilleux. On a porté en triomphe Georges Gillet sur toutes les tribunes de prestige de Montréal pendant dix ans. Avec raison. Cet Américain qui avait appris à négocier serré sa livre de bœuf haché s’est servi de notre argent pour se refaire ici à partir du logo du CH avant de partir. 

Pourquoi un grand Montréalais comme Stephen Bronfman ne pourrait-il pas faire pareil ? De surcroît, il y a un corollaire, Pierre Boivin.

Un seul détail, Monsieur Legault. Ne comptez pas sur le retour en impôts de la part de joueurs membres d’une équipe en partage. Ceux-ci seront certainement régis par les lois fiscales de la Floride, et non celles du Québec. Voilà pourquoi vous êtes en position de force pour exiger du groupe Bronfman des garanties qu’ils investiront les quelque 30 M$ de pénalités à verser pour briser avant le terme de 2027 le bail des Rays et transférer l’équipe à Montréal à temps complet. C’est l’option la plus excitante. Un bon club qui jouerait en séries ICI et qui, débarrassé de Tampa, pourrait de nouveau s’appeler... les Expos ! 

Coup de cœur  

SPO-Annonce d'une possibilité de partage d'une équipe de baseball á Montréal avec les Rays de Tampa Bay
Photo AFP

Leylah Annie Fernandez. Elle avait 16 ans au Challenger de tennis de Granby en 2019. Elle a brillé de tous ses feux à 15 pieds de moi. Faut prendre le temps de regarder au fond des yeux d’une athlète pour en saisir toute la détermination et la confiance. Lorsqu’elle joue, je n’ai aucune peur qu’elle rate ses placements de balle. Elle assure et rassure. Je l’adore !   

Coup de gueule  

SPO-Annonce d'une possibilité de partage d'une équipe de baseball á Montréal avec les Rays de Tampa Bay
Photo AFP

Tim Peel reçoit ce triste crédit sur la gueule cette semaine. Les partisans du CH ont appris à détester cet arbitre en chef au fil des saisons. On comprend mieux pourquoi depuis la gaffe technique qui nous a permis de l’entendre dire au microphone que la pénalité décernée à Nashville était limite, mais qu’il souhaitait absolument leur en décerner une... Un 10 pour la crédibilité... 

Un p’tit 2 sur...  

SPO-Annonce d'une possibilité de partage d'une équipe de baseball á Montréal avec les Rays de Tampa Bay
Photo AFP

Je reviens sur le March Madness. Ce n’est donc pas une année ordinaire, fallait se méfier. Au point de voir Oral Roberts se farcir Ohio State et Florida dans le même week-end ? Oral Roberts est un collège américain. J’ai vérifié. Michigan est toujours vivant en ronde des 16 et pourrait atteindre le final four. Je prédis la chute de Gonzaga, peut-être même face à Creighton demain. Fou de même...