/weekend
Navigation

Encore des mythes concernant les tiques

chien qui se gratte - puce, tique,parasites
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Cette semaine, le printemps semble vraiment arrivé. Il a fait beau et chaud et le mercure est monté bien au-dessus de zéro. Tout le monde en a profité. Les tiques aussi, puisqu’elles redeviennent actives dès qu’il fait 4 degrés Celsius ! Comme c’est le mois national de la sensibilisation aux tiques, je vous propose de continuer dans la série de mythes tenaces et de fausses croyances à leurs sujets.

1. Pour retirer une tique, on peut utiliser du feu ou encore ses ongles.

Eh bien non ! Ces méthodes sont dangereuses, car elles augmentent le risque de transmission de la maladie de Lyme, entre autres. Il est préférable de porter des gants lorsqu’on manipule une tique et la meilleure méthode pour la retirer est d’utiliser une pince à cils fine et pointue ou un petit crochet tire-tique vendu à cet effet dans les cliniques vétérinaires et les boutiques spécialisées. Voir les instructions sur le site https://www.quebec.ca/sante/conseils-et-prevention/sante-et-environnement/retrait-de-tique-en-cas-de-piqure/

2. Pour retirer une tique, on la brûle ou on la badigeonne avec de l’huile ou du savon.

Même chose ici : les méthodes comme brûler la tique avec une allumette ou un briquet ou l’enrober de savon, de vaseline ou d’huile chaude, etc. pour la faire suffoquer sont dangereuses, car en pesant sur le ventre de la tique, on augmente le risque de transmission de la maladie de Lyme dans la personne ou l’animal qui est en train de se faire mordre. Il faut utiliser une pince à cils fine et pointue ou un petit crochet tire-tique. 

3. Les tiques sautent des arbres sur les animaux et les humains.

Les tiques ne sont pas si kamikazes que cela : elles ne volent pas et ne se parachutent pas du haut des arbres pour atterrir sur leur proie. Elles se retrouvent sur le sol ou grimpent sur une herbe haute et attendent gentiment que leur proie, un animal à sang chaud, passe tout près d’elles pour s’y accrocher avec leurs pattes. Elles vont ensuite grimper sur l’hôte pour trouver un site idéal pour leur repas de sang. 

4. Les chiens qui sont vaccinés contre la maladie de Lyme n’ont pas besoin de traitement préventif contre les tiques.

Il y a plusieurs sortes de tiques et celles-ci peuvent transporter et transmettre diverses maladies aux animaux et aux humains, dont la maladie de Lyme qui est sans aucun doute la plus fréquente et la plus connue ici et spécifiquement transmise par la tique du chevreuil (tique à pattes noires). Voilà pourquoi les traitements préventifs contre les tiques sont encore tout à fait recommandés par les médecins vétérinaires pour tous les chats et les chiens qui vont dehors.

5. Il faut avoir été tout près d’un chevreuil pour être exposé à une tique porteuse de la maladie de Lyme.

Il n’est pas nécessaire d’avoir été en contact avec un chevreuil ni d’en voir un pour qu’une tique du chevreuil (espèce porteuse de la maladie de Lyme) se retrouve sur vous ou votre animal. Le chevreuil n’est pas la seule proie de la tique. Elle peut s’accrocher et se nourrir sur plusieurs espèces animales différentes (souris, oiseaux, tamias rayés, ratons laveurs, écureuils, chiens, chats, etc.). Elle peut donc se déplacer sur de grandes distances, ou du moins loin d’un chevreuil, grâce à eux.

6. Mon chien ne peut pas contracter la maladie de Lyme en hiver.

La tique du chevreuil peut survivre dans des climats très froids. Bien qu’elle soit moins active en hiver, elle le redevient dès que la température extérieure atteint ou dépasse 4 degrés Celsius. Il est donc possible de contracter la maladie de Lyme tout au long de l’année, même au Québec.