/news/health
Navigation

Un hamster nommé insomnie

Funny hamster with wheel on white background
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

4 h 11... (soupir). J’ai dormi quatre heures d’affilée. Pas si pire. Je dis « pas si pire » parce que c’est pas mal la moyenne d’heures que j’arrive à enfiler chaque nuit depuis des mois.

• À lire aussi: Une pandémie d’insomnie

Je faisais déjà un peu d’insomnie avant que la planète tombe en pandémie, mais c’était sporadique. Souvent dans une période plus stressante ou à cause de mes douleurs au corps, vestiges de mes nombreuses années de gymnastique. 

Mais là... c’est TOUTES les nuits. Je me réveille systématiquement entre 4 h et 5 h et je me rendors rarement, voire jamais. Ça s’appelle de l’insomnie terminale, selon ce que j’ai appris dans ce dossier. 

Et c’est là que mon hamster mental commence à s’activer dans sa petite roue fatigante. Comme la crise sanitaire m’a rendue parfois plus irritable (ah, vous aussi ?), je vous dirais que sa petite roue qui tourne à 100 km/h, je la défenestrerais bien. Hélas, s’ensuit une interminable discussion interne, que dis-je, un dialogue de sourds avec mon hamster pour qu’il se ferme la trappe une fois pour toutes et me laisse roupiller.

L’expression « cycle d’enfer » revient d’ailleurs souvent chez les gens qui souffrent de troubles de sommeil. Tu te réveilles, tu penses trop, tu changes de position, tu te lèves, tu te recouches, tu penses encore trop, tu changes de position...

Dialogue de sourds

Le mien ressemble un peu à ça :

– Faut pas que j’oublie d’envoyer un courriel à X demain. 

– Est-ce que j’ai écrit à Y pour le dossier ? Me rappelle plus... J’ai vraiment de la misère à me concentrer ces temps-ci... 

– En même temps, c’est un peu normal, je suis fatiguée, je suis plongée dans la COVID toute la journée depuis des mois, c’est dur mentalement.

– C’est vrai.

Après avoir changé de position une bonne demi-douzaine de fois, ça continue :

– Mon Dieu, que je suis tendue ! Ma mâchoire est tellement contractée. Est-ce que je pourrais briser une noix de coco avec mes dents ?

– Bonne question. 

– Ah... j’ai mal au cou... faut que je prenne R.-V. avec l’ostéo. 

– Prends de grandes respirations. Comme le truc du Dr Serge Marquis dans son livre, Pensouillard le hamster. Inspire par le nez avec toute ta cage thoracique. Expire par la bouche. Répète au besoin. 

J’en ai besoin.

– Ça fait du bien. Je vais peut-être réussir à me rendormir...

– Non. Je vais me chercher un verre d’eau. Je me recouche.

– Les maudits variants ! Une autre affaire pour nous stresser. J’ai vraiment hâte de me faire vacciner !

– Ouin. Dans la semaine des quatre jeudis... 

Respire. Expire. Roule dans mon lit.

– Tous ces gens qui ont perdu un proche sans l’avoir vu une dernière fois... Toutes ces personnes qui sont mortes seules. Mon doux, faites que ça ne m’arrive pas.

– Arrête donc de penser à ça !

Des solutions

Ce qui m’encourage c’est qu’il y a des solutions que je n’ai pas encore essayées.

Sur ce, il est rendu 6 h 30. C’est le temps de se lever. Mon hamster est épuisé. Et moi aussi.