/news/health
Navigation

Un patron aux nuits écourtées à angoisser

Pierre Béchard
Photo tirée de Facebook Pierre Béchard

Coup d'oeil sur cet article

Même en zone orange, un entrepreneur de Rimouski a perdu des heures de sommeil à angoisser à cause de la COVID-19.

• À lire aussi: Une pandémie d’insomnie

« Je crois que tout chef d’entreprise en ce moment doit perdre un peu de sommeil », lance le concessionnaire automobile Pierre Béchard.

Le père de famille de 40 ans n’a jamais été un « grand dormeur », mais avec la pandémie, ses nuits se sont écourtées davantage. Parfois, il n’arrive pas à trouver le sommeil pendant des heures ou se réveille au milieu de la nuit sans réussir à se rendormir.

« Qu’est-ce qu’on peut faire, qu’est-ce qu’on ne peut pas ? Pendant la pandémie, ça a changé au moins 10 fois [...]. T’as les yeux ouverts et tu regardes le plafond à chercher de nouvelles façons de faire, à penser aux employés », explique-t-il.

Sans compter ses trois enfants, qui vivent des changements importants dans leur quotidien à l’école, nécessitant plus d’attention, dit-il.

« Quand tu additionnes la business, les enfants, les parents âgés, ça fait que les nuits sont courtes », résume-t-il.

Irritable

Son manque de sommeil le rend plus irascible, selon M. Béchard. Quelque chose qu’il remarque de plus en plus et pas seulement chez lui. 

« Les gens sont de plus en plus irritables », fait-il valoir, que ce soit par manque de sommeil ou à cause du stress ou de la frustration que cause la pandémie.

Il s’est tourné vers des produits qu’il n’avait jamais pris avant, comme la mélatonine en vente libre en pharmacie ou des huiles essentielles sur la tempe, obtenant seulement un succès mitigé.

Prendre des notes

Son meilleur truc cependant, est de se lever et de noter toutes les réflexions qui lui passent par la tête, l’empêchant de retrouver le sommeil.

« Je me lève et j’écris tout ce que j’ai comme idées pour pouvoir me rendormir. C’est comme si tu te vidais [la tête] », illustre-t-il.