/misc
Navigation

Vaccinons les régions!

Vaccinons les régions!
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Au début du mois de mars, le directeur national de la campagne de vaccination contre la COVID-19, Daniel Paré, disait ceci à propos de la vaccination sur l’île de Montréal et à Laval: «On a concentré des vaccins dans cette région-là pour cette semaine, considérant le nombre de cas de COVID-19. Cette semaine, on voulait vraiment donner un petit blitz.»

Dès ce moment, on pouvait se poser des questions sur les écarts que cette stratégie allait créer entre Montréal et les régions. Les membres du gouvernement ont tout de suite tenté de rassurer leurs concitoyens vivant en dehors de Montréal en leur disant que la priorisation de la métropole était temporaire.

Aujourd’hui, nous sommes en mesure de quantifier les écarts. On n’est plus dans la théorie, mais dans la pratique.

Des écarts significatifs

À Montréal, on vaccine présentement les gens de 60 à 65 ans, tandis que dans les régions, les Québécois dans le même groupe d’âge ne peuvent pas prendre encore leur rendez-vous. Encore pire, plusieurs régions viennent tout juste de commencer la vaccination de masse auprès des 85 ans et plus, comme c’est le cas dans le Bas-Saint-Laurent.

On sait que le premier ministre du Québec, François Legault, a attendu son tour et a été vacciné hier à Montréal. Personnellement, je crois que M. Legault aurait dû être vacciné parmi les premiers au Québec afin de s’assurer qu’il ne tombe pas malade. Mais bon, c’est un autre débat.

Ainsi, M. Legault a été vacciné le 26 mars. Mon père, qui habite à Roberval au Saguenay–Lac-Saint-Jean et qui a le même âge que le premier ministre, ne peut pas encore prendre son rendez-vous pour se faire vacciner.

Ce matin, toutes les plages de vaccination à Roberval sont complètes jusqu’au 16 mai. Ainsi, ça veut dire que mon père pourra, dans le meilleur des scénarios, recevoir son vaccin le 17 mai.

On parle d’environ deux mois de différence entre Montréal et Roberval, c’est énorme! Heureusement que mon père est encore jeune et en santé!

Deux poids, deux mesures

Actuellement, 13,20% des Québécois ont reçu une première dose du vaccin contre la COVID-19. À Montréal, le taux de vaccination est de 18,46%.

Cependant, au Saguenay–Lac-Saint et en Outaouais, où le nombre de cas a augmenté rapidement au cours des derniers jours, le taux de vaccination est de respectivement 10,30% et 8,60%.

L’Outaouais, qui figure au dernier rang parmi l’ensemble des régions québécoises, pourrait retourner en zone rouge très bientôt, selon les autorités de santé publique.

Mardi, le trio Legault-Dubé-Arruda a été questionné sur la vaccination dans les régions. Il a mentionné qu’il n’avait pas l’intention d’envoyer plus de vaccins dans ces coins du Québec.

Maintenant que l’urgence est aussi dans les régions où la vaccination avance au ralenti, pourquoi refuse-t-on de faire un blitz en dehors de Montréal?

Quand c’est bon pour pitou, c’est bon pour minou.