/news/green
Navigation

Le niveau des rivières pourrait atteindre un sommet lundi

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs rivières à risque d'inondations demeuraient dans le collimateur de la Sécurité publique, dimanche, alors que de nouvelles précipitations s'abattaient sur le Québec, après le déluge de vendredi.

Profitant de l'accalmie entre les deux systèmes dépressionnaires, plusieurs cours d'eau ont regagné leur lit, incluant à Saint-Félix-de-Valois, dans Lanaudière, où l'avis d'évacuation a été levé samedi soir.

Tout n'est cependant pas encore revenu à la normale. «Il faut être vigilants, surtout sur les rivières au nord du fleuve Saint-Laurent», a expliqué Steve Boivin, conseiller émérite en sécurité civile au ministère de la Sécurité publique, en entrevue à LCN dimanche matin.

De 20 à 40 mm de pluie étaient attendus dimanche, et ce, de l’Outaouais jusqu’à la Capitale-Nationale.

Steeve Boivin estime donc que le sommet du niveau d’eau des rivières pourrait être atteint entre lundi et mardi.

Cependant, le spécialiste croit que le risque est en grande partie passé pour les cours d’eau au sud du fleuve.

Yamachiche

Du côté de la Mauricie, à Yamachiche, les rives du lac Saint-Pierre sont propices aux inondations chaque année, et 2021 ne fait pas exception. Avec les 40 mm de pluie qui sont tombés sur la région vendredi, le niveau de l'eau a augmenté, forçant la fermeture temporaire d'une partie de la route 153.

Le temps que le ruissellement s'opère dans les différents cours d'eau, les conséquences pourraient se faire sentir jusqu'à mardi.

Québec et Lanaudière à surveiller

Le conseiller a expliqué que la région de Lanaudière est particulièrement surveillée, surtout du côté des rivières L’Assomption, Ouareau et Noire, qui sont à risques d’inondations.

Dans la région de Québec, les rivières Jaune, Portneuf, des Hurons et Saint-Charles risquent de connaître une hausse de leur niveau au cours des prochaines heures et seront aussi à surveiller.

Steeve Boivin précise que les citoyens doivent être prudents et que s’ils sont témoins de débordements, ils doivent contacter les autorités municipales rapidement pour qu’elles puissent intervenir.

Même s’il s’agit d’une crue printanière «normale», M. Boivin estime que des mouvements de glace peuvent toujours causer des surprises. Ainsi, même les citoyens qui n’ont jamais été inondés ne sont pas à l’abri d’une telle situation cette année.

Selon le ministère de la Sécurité publique, seule la rivière des Mille Îles, en aval du barrage du Grand-Moulin à Deux-Montagnes, atteignait le seuil d'inondation mineure en après-midi, avec un niveau d'eau à la baisse.