/news/coronavirus
Navigation

Une pandémie d'insomnie: les remèdes pour dormir ont la cote

Les clients à la recherche d’un médicament pour trouver le sommeil sont plus nombreux dans les pharmacies

GEN - LA PHARMACIENNE THINA NGUYEN
Photo Martin Alarie La pharmacienne Thina Nguyen dit conseiller des patients tous les jours concernant des troubles du sommeil.

Coup d'oeil sur cet article

Les médicaments pour trouver le sommeil, qu’ils soient en vente libre ou prescrits, ont eu la cote pendant la pandémie, remarquent autant des pharmaciens qu’un assureur.

• À lire aussi: Une pandémie d’insomnie: le sommeil d'un Québécois sur deux s'est détérioré

• À lire aussi: Une pandémie d'insomnie: les somnifères ne règlent pas tout

« Tous les jours... il n’y a pas une journée où je ne conseille pas quelque chose pour le sommeil », lance la pharmacienne Thina Nguyen, propriétaire de trois pharmacies à Montréal et Repentigny.

Même avant la pandémie, les consultations reliées aux troubles du sommeil étaient déjà parmi les plus fréquentes, dit-elle. Et en 2020, le problème s’est exacerbé.

Vente libre et nouvelles doses 

Que ce soit pour des questions sur des médicaments en vente libre, comme la mélatonine, un des meilleurs vendeurs, par exemple, sinon sur les antihistaminiques, des médicaments contre les allergies, mais qui rendent somnolents.

Elle voit aussi bon nombre de patients, prenant déjà des somnifères, mais qui arrivent avec de nouvelles prescriptions ou des changements de doses pour contrer les effets néfastes de la pandémie sur leur sommeil.

« Il y a un fond anxieux chez nos patients qui est plus élevé qu’à l’habitude, c’est clair, avec tous les effets qui en découlent », remarque Benoit Morin, président de l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP).

« On en voit plus [...] les clients vont nous demander des trucs, des médicaments de vente libre », relate-t-il.

Le rôle du pharmacien est alors de déterminer si le problème est ponctuel ou chronique, précise M. Morin. Car les médicaments en vente libre peuvent donner un coup de main à court terme, mais un patient devrait consulter son médecin si « c’est un problème de fond, qui s’installe ou qui empire ». 

Hausse de 10 %

Récemment, l’AQPP révélait que dans tous les groupes d’âge, elle notait une hausse d’environ 10 % de la consommation d’antidépresseurs. Selon M. Morin, ces médicaments peuvent aussi servir à calmer l’anxiété et aider à trouver le sommeil.

La Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) n’enregistre pas de hausse spécifiquement pour les somnifères et les médicaments anxiolytiques, contre l’anxiété. Mais le réseau public n’englobe qu’environ la moitié des Québécois.

Desjardins Assurances note quant à elle une hausse de 10,3 % du montant payé pour les médicaments contre les troubles du sommeil et de 8,5 % du nombre de réclamations dans la dernière année.

Une hausse qu’elle attribue à la pandémie, puisque l’année précédente, elle observait une légère baisse. C’est le seul assureur contacté par Le Journal qui a accepté de partager ses données.

L’insomnie est l’une « des réclamations les plus importantes » que voit Desjardins Assurances, même avant que ne survienne la pandémie, que ce soit pour les médicaments ou même l’invalidité qu’elle peut faire encourir, précise Martin Nadon, directeur de produit chez Desjardins.

L’assureur dit que les demandes à ses programmes d’aide aux employés ont explosé cet automne et après Noël, sans diminuer.

Pour réduire la consommation de médicaments, Desjardins offre à sa clientèle de rembourser la thérapie cognitivo-comportementale, afin d’améliorer le sommeil en éliminant de mauvaises habitudes, explique M. Nadon. 

Le nombre de dossiers cliniques chez Haleo, une clinique privée avec laquelle l’assureur s’est associé, a connu une augmentation de 533 % dans la dernière année, précise-t-il.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres