/news/green
Navigation

Il n’y a plus que 600 caribous forestiers sur la Côte-Nord

Malgré tout, la chasse de subsistance se poursuit

Caribou
Photo tirée de Facebook Daniel Lalo, un Innu de Nutashkuan, a soulevé l’indignation après avoir publié sur Facebook une vidéo le montrant en train d’abattre avec une hache un caribou au nord de Havre-Saint-Pierre, en début mars.

Coup d'oeil sur cet article

Une vidéo diffusée sur internet qui a tout d’abord soulevé l’indignation sur la méthode de mise à mort d’un caribou blessé par balle soulève maintenant la question de la protection de cette espèce menacée.

• À lire aussi: Un autochtone s’attire la colère sur internet

Un habitant de la réserve innue de Nutashkuan, près de la municipalité de Natashquan, à 330 km à l’est de Sept-Îles, a mis en ligne sur Facebook une vidéo dans laquelle il achevait un caribou forestier blessé par une arme à feu avec le dos d’une hache.

Le chasseur en question, Daniel Lalo, a été victime de débordements sur les réseaux sociaux et, devant des menaces de mort, il a retiré la publication.

M. Lalo a également expliqué dimanche être « conscient que c’est un animal menacé. Mes amis et moi, on n’en chasse pas plus que deux chacun par année », s’est-il défendu.

Il a de plus reconnu que certains autochtones outrepassent allègrement leur droit à la chasse de subsistance. La chasse sportive au caribou forestier est interdite aux non-Autochtones.

De plus en plus rare

La situation soulève des inquiétudes, car la population de caribous forestiers se situerait entre 4000 et 8000 individus dans la province.

C’est l’une des trois sous-espèces de caribous présentes au Québec.

« Pour la Côte-Nord, les inventaires de 2020 ont répertorié moins de 600 bêtes », précise Steeve Côté, professeur de biologie à l’Université Laval et spécialiste du caribou.

« Toute la population boréale de l’écotype forestier a le statut de menacé au fédéral et vulnérable au Québec, ce qui veut dire que l’état de la population au Québec, incluant les zones au nord de Havre-Saint-Pierre, est précaire. Il y a donc peu de caribous forestiers et leur abondance globale diminue constamment au Québec et au Canada », ajoute-t-il.

Subsistance

À la demande des nations autochtones, le gouvernement du Québec avait imposé un moratoire en 2018, toujours en vigueur, sur la chasse sportive au caribou migrateur devant la baisse de la population.

Cet écotype était passé de 430 000 individus, en 2011, à 199 000, en 2016.

Mais, dans le contexte de la taille du cheptel de caribous forestiers sur la Côte-Nord, la chasse de subsistance peut-elle toujours se justifier ?

« A priori, toute mortalité additionnelle par la chasse sur une espèce menacée ou vulnérable, peu importe le type, peut avoir un effet négatif sur la démographie de la population », estime M. Côté.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs n’a pas été en mesure de répondre aux questions du Journal avant l’heure de tombée.

Le caribou au Québec 

Le caribou forestier 

  • Où ? : Entre le 49° et le 54° de latitude nord, à Val-d’Or et dans Charlevoix 
  • Statut Québec/Canada : Espèce vulnérable / Espèce menacée 
  • Entre 4000 et 8000 bêtes, dont moins de 600 sur la Côte-Nord  

Le caribou montagnard 

  • Où ? : Parc national de la Gaspésie et monts Torngat 
  • Statut (Gaspésie) Québec/Canada : Espèce menacée / En voie de disparition 
  • Moins de 50 bêtes en Gaspésie, 1000 aux monts Torngat  

Le caribou migrateur 

  • Où ? : Nord-du-Québec et Labrador 
  • Entre 8000 et 10 000 bêtes pour le troupeau de la rivière George, 200 000 pour celui de la rivière aux Feuilles  

Source : Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs