/lifestyle/techno
Navigation

Nextdoor : la pandémie a fait gonfler le nombre d’adhérents

Nextdoor : la pandémie a fait gonfler le nombre d’adhérents

Coup d'oeil sur cet article

Pour ceux qui ne connaissent pas Nextdoor, c’est un réseau social limité aux quartiers avec lequel les gens peuvent se rassembler, échanger ou s’informer des dernières actualités locales. Tout ça à partir de leur appareil mobile iPhone, Android ou site Web. 

Pour prêter ou emprunter des outils ou pour une vente-débarras, Nextdoor sert à ça aussi.

Un mot sur la société Nextdoor qui a été fondée en 2008 à San Francisco et lancée aux États-Unis en octobre 2011. Le service gratuit, mais rentabilisé par la publicité, est offert dans onze pays, dont le Canada dès la fin 2019.

Pour assurer son fonctionnement et sa sécurité, les utilisateurs de Nextdoor –contrairement à Facebook, Twitter et plusieurs autres– sont tenus de communiquer leur nom et leur adresse véritables sur le site Web. Et leurs messages publiés ne sont accessibles qu'aux autres membres vivant dans le même quartier. La plateforme vous connecte donc en fonction de la proximité plutôt que de vos préférences ou intérêts.

Cette contrainte d’identité assure une plus grande civilité des échanges et augmente la confiance entre les utilisateurs et vous assure de parler à de vraies personnes à de vraies adresses près de chez vous.

Par contre, cette relative proximité peut, selon Wikipédia, soulever quelques préoccupations de confidentialité et de localisation.

Activités accrues en périodes difficiles

Depuis le lancement en 2011, les périodes difficiles et les situations d’urgence (comme l’ouragan Harvey) qui ont eu lieu aux États-Unis ont gonflé les abonnements et l’utilisation de Nextdoor dont les membres ont eu accès à des alertes ciblées géographiquement.

Même constat avec la pandémie, Nextdoor avec le CDC américain et la Croix-Rouge ont distribué des informations relatives au COVID-19 et en permettant aux gens immobilisés de demander de l’aide pour faire leurs courses.

Chez nos voisins américains, Nextdoor a signalé une augmentation de 80% de l'engagement des utilisateurs pendant le mois de mars 2020, en particulier dans les zones les plus gravement touchées par le virus.

En hausse chez nous également

Plus près de nous, une croissance similaire a été observée. La direction de Nextdoor a constaté une multiplication par 17 des gens demandant ou offrant de l’aide au cours des premiers mois de la pandémie, une augmentation de 156% des utilisateurs actifs et une multiplication par 15 des conversations sur le soutien aux petites entreprises.

Et c’est sans oublier les innombrables petits détails comme le fait de connaître des voisins et d’échanger avec de vraies personnes qui peuvent réduire les sentiments de solitude.

Nextdoor possède ce côté sympa qu’on ne retrouve pas sur les gigantesques réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter. Ici tout se passe au plan local, si bien qu’on ne ressent pas le poids de millions d’utilisateurs.

Enfin, l’aide en ligne est en français, autant pour les plateformes Web, iOS et Android. Il vaut mieux y faire une visite pour connaître les us et coutumes de cette plateforme.