/world/opinion/columnists
Navigation

Xi Jinping veut faire taire le monde

CHINA-HEALTH-VIRUS
Photo AFP Le président chinois Xi Jinping prononce un discours à la mémoire des victimes de la COVID-19 le 8 septembre dernier au palais de l’Assemblée du Peuple.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement chinois veut faire croire au monde entier que ses agissements sur son territoire ne sont l’affaire d’aucun pays, qu’il s’agit de questions exclusivement internes. Rien de plus faux.

Pas plus que des parents qui maltraiteraient chez eux leurs enfants ne peuvent plaider qu’il s’agit de problèmes domestiques, donc soustraits à la critique et à la loi.

Bien entendu, le gouvernement chinois est souverain. Personne ne peut le mettre en prison ou lui retirer la gouverne des Chinois. Mais le monde entier voit. 

Et le monde entier peut critiquer Xi Jinping et ses politiques.

Exactement comme le monde entier voit les problèmes qui déchirent les États-Unis et peut critiquer les politiques américaines débiles sur les armes à feu, sur les restrictions de vote ou encore sur la redistribution de la richesse. 

Pourtant, jamais les dirigeants américains n’ont demandé aux autres de se taire face à leurs mauvaises politiques. Jamais non plus ils n’ont sanctionné ceux qui exerçaient leur liberté d’expression en les critiquant. 

Fausse excuse

Mais Xi Jinping voudrait que tous se taisent quand il écrase le mouvement démocratique à Hong Kong, quand il déclenche des politiques génocidaires envers des minorités ou encore quand la Chine se taille un nouveau territoire à même les eaux internationales du Pacifique.

Ce sont des affaires internes, répète-t-il. L’excuse est commode, mais fausse. 

Souvent, les soldats de la propagande chinoise se lancent dans des insultes personnelles contre ceux qui osent critiquer en public les politiques de Xi Jinping. Ou encore, ils se défendent en accusant d’autres pays d’avoir jadis commis des crimes et conquis des territoires.

Cependant, les mauvais agissements d’autres pays n’excusent pas ceux de la Chine. Tout comme un batteur de femmes ne peut se justifier en cour en soutenant que d’autres hommes sont aussi des batteurs de femmes.

  • Alexis Brunelle-Duceppe : le bloquiste a été placé sur une liste noire établie par la Chine. Écoutez son entrevue avec Richard Martineau sur QUB radio:

Plus d’affaires internes

La Chine est devenue la plus grande économie de la planète. Que cela plaise ou non aux dirigeants chinois, ce qui se passe en Chine se répercute dans le monde entier. En ce sens, la Chine n’a plus d’affaires internes. Exactement comme les États-Unis n’ont plus d’affaires internes.

À bout d’arguments, le gouvernement chinois avance parfois que les gens comprennent mal la situation en Chine. Mais les dirigeants chinois n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes. Jamais depuis l’ère maoïste la politique chinoise n’a été aussi opaque que maintenant. Jamais les citoyens chinois n’ont eu aussi peur de s’exprimer. 

Xi Jinping voudrait tuer la critique hors de la Chine comme il l’a tuée chez lui. Cela n’arrivera pas. Au contraire, plus il tentera de la faire taire, plus elle sera virulente. 

Les Chinois qui sont obligés de subir pareil dictateur sont à plaindre. Peut-on seulement imaginer ce dont serait capable la Chine si ses hommes et ses femmes étaient libres ? L’humanité y perd beaucoup.