/sports/fighting
Navigation

Antoine Valois-Fortier ne craint pas pour sa présence aux Jeux olympiques

Blessé aux côtes, le judoka a bon espoir de participer au Championnat panaméricain dans trois semaines

JUDO-JPN-WORLD
Photo d’archives Blessé aux côtes, Antoine Valois-Fortier a bon espoir d’être rétabli à temps pour le Championnat panaméricain, où il tentera de remporter un troisième titre consécutif.

Coup d'oeil sur cet article

Déçu d’avoir dû abdiquer en demi-finale du Grand Chelem de Tbilissi en Géorgie, samedi dernier, alors qu’il croyait en ses chances de monter sur la plus haute marche du podium, Antoine Valois-Fortier assure toutefois que sa participation aux Jeux olympiques de Tokyo n’est pas en péril.

« Il est encore trop tôt pour connaître la gravité de ma blessure, mais je suis convaincu que je vais être à cent pour cent cet été, a déclaré Valois-Fortier. Je ne pense pas participer au Grand Prix d’Antalya en Turquie (du 1er au 3 avril), mais mon objectif est d’être prêt pour le Championnat panaméricain qui aura lieu au Mexique dans trois semaines. » 

Le judoka de 31 ans a remporté l’or aux Panaméricains lors des deux dernières éditions ainsi qu’en 2016.

Le judoka de Québec s’est blessé lors de son combat de quart de finale qu’il a néanmoins terminé et gagné pour accéder à la demi-finale. 

« J’ai senti un bruit, mais l’adrénaline m’a permis de terminer mon combat, a-t-il raconté. Avant la demi-finale, on a eu droit à une pause et mon corps a refroidi. J’ai tenté ma chance, mais j’ai senti ma blessure s’aggraver. J’ai donc abandonné après une minute.  

« Selon la physiothérapeute de l’équipe, mes ligaments du côté droit de mes côtes ont été abîmés, poursuit le médaillé de bronze des Jeux olympiques de Londres en 2012. Il y a encore de l’enflure et il est trop tôt pour déterminer la durée de mon absence. Ce genre de blessure est très différent d’une personne à l’autre. Il y a plusieurs, plusieurs années, j’avais subi une blessure semblable du côté gauche et je m’étais rétabli rapidement. »

À sa première compétition depuis le Grand Chelem de Budapest en Hongrie en octobre dernier où il avait remporté la médaille d’argent, Valois-Fortier croyait en ses chances de victoire n’eût été sa blessure. 

« Je connaissais une bonne journée et j’étais persuadé d’aller chercher la médaille d’or avec les gars qui restaient. Ma blessure a gâché tout ça. »

Sélection olympique

Le processus de sélection olympique se terminera en juin à l’occasion du championnat mondial du 6 au 13 juin à Budapest. 

« Même si ma place n’est pas encore assurée, je suis en bonne position, a souligné Valois-Fortier. J’occupe le 8e rang au classement mondial et les huit premiers obtiennent directement leur laissez-passer pour les Jeux. Le processus de sélection a débuté au cours de la saison 2018-19 et tes six meilleures performances sont retenues. »

Chez les moins de 81 kg, on retrouve deux Canadiens qui visent une place à Tokyo. Actuellement au 24e rang mondial, Étienne Briand vise une première participation aux Jeux olympiques. 

Si les deux se retrouvent dans le Top 8 ou entre les échelons 9 et 18 au terme du processus de sélection à la fin juin, ils devront croiser le fer dans un duel disputé au meilleur de trois combats. Le Canada ne possède qu’une entrée aux Jeux. 

En raison de la pandémie qui a mené à l’annulation de plusieurs compétitions, la Fédération internationale de judo tiendra un championnat mondial la même année que les Olympiques pour la première fois. 

Après le Grand Chelem d’Antalya, l’équipe canadienne demeurera en Turquie et tiendra un camp d’entraînement d’une semaine avec d’autres nations avant de se diriger au Mexique pour le Championnat panaméricain. 

Les judokas retrouveront ensuite leurs quartiers à l’Institut national du sport après avoir respecté leur période de confinement.