/world/europe
Navigation

Espagne: sur les plages, dans les parcs, le masque obligatoire même à distance

Espagne: sur les plages, dans les parcs, le masque obligatoire même à distance
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L'Espagne a officialisé mardi le port du masque obligatoire sur tout son territoire, même lorsqu'une distance de sécurité de 1,5 mètre peut être respectée sur la voie publique, une mesure qui ne modifie pas grand chose, sauf peut-être à la plage. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

« Il est important que les citoyens le sachent, nous ne sommes pas arrivés à une phase de relâchement, et nous ne pouvons en aucune manière nous permettre d'être imprudents », a indiqué la porte-parole du gouvernement Maria Jesus Montero lors d'une conférence de presse.

Depuis mai 2020, le masque est obligatoire, pour lutter contre l'épidémie de COVID-19, dans les transports, les espaces fermés et, jusqu'ici, sur la voie publique lorsqu'il n'était pas possible de maintenir la distance de sécurité de deux mètres.

Mais cette dernière précision a été retirée dans la dernière mouture du texte de la « nouvelle normalité », comme l'appelle l'Espagne depuis le printemps 2020.

Le masque en Espagne est obligatoire à l'école dès six ans, ainsi qu'à vélo.

Seules les personnes faisant du sport peuvent retirer leur masque, mais seulement lorsque les autorités régionales les y autorisent. Ainsi, les sportifs amateurs doivent parfois s'entraîner masqués, selon le règlement imposé dans leur région, compétente en matière de santé.

La règle, déjà appliquée en Espagne, entrera officiellement en vigueur mercredi, après sa publication au bulletin officiel.

L’Espagne retoque une loi régionale qui rendait la vaccination obligatoire 

L’Espagne va s’opposer à une loi de sa région de Galice qui obligeait ses habitants à se faire vacciner contre la COVID-19 estimant qu’elle porte atteinte aux libertés fondamentales, a annoncé la porte-parole du gouvernement central mardi. 

L’exécutif va « déposer un recours en inconstitutionnalité » contre une loi de cette région du nord-ouest de l’Espagne qui prévoit des amendes jusqu’à 3.000 euros pour le refus injustifié de se faire vacciner, a annoncé la porte-parole du gouvernement, Maria Jesus Montero, lors d’une conférence de presse.

En Espagne, la vaccination n’est pas obligatoire, comme dans la plupart des pays européens, mais la Galice faisait exception avec cette obligation instaurée fin février.

Pour Madrid, ce texte introduit « des limitations des droits fondamentaux » qui ne peuvent être modifiées que « dans le cadre d’une loi nationale » a justifié la ministre socialiste.

Ce recours déposé devant le Tribunal constitutionnel annulera l’article de loi promulgué par le gouvernement conservateur de Galice, a précisé Maria Jesus Montero et le tribunal aura un délai de trois mois pour ratifier ou lever cette décision.

« Quelle idée de co-gouvernance ! », a fustigé mardi sur Twitter le président de la région, Alberto Núñez Feijóo, membre du Parti populaire, qui regrette une décision prise « sans ouvrir de négociation ».

À VOIR ÉGALEMENT