/news/coronavirus
Navigation

«J’ai vu un gouvernement qui ne sait pas quoi faire»

La spécialiste en santé Diane Lamarre et la chroniqueuse politique Emmanuelle Latraverse analysent le point de presse du trio Legault-Dubé-Arruda

Coup d'oeil sur cet article

Au moment où la troisième vague est bien enclenchée et où les variants sont de plus en plus disséminés un peu partout dans la province, le gouvernement Legault n’a annoncé aucun resserrement aux mesures sanitaires mardi lors de son point de presse, faisant bondir la spécialiste en santé Diane Lamarre et la chroniqueuse politique Emmanuelle Latraverse.

• À lire aussi: Troisième vague: un resserrement des mesures sanitaires envisagé dans cinq régions

• À lire aussi: COVID-19: 864 nouveaux cas et sept décès de plus au Québec

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

«Il faut prendre la mesure de la contamination par un variant. Les éclosions causées par le variant ne seront pas les mêmes, elles se multiplient plus vite, elles touchent beaucoup plus les jeunes que les éclosions précédentes. Ça va être beaucoup plus difficile de faire marche arrière, de ralentir la progression de ces variants, et d’aménager l’utilisation des ressources hospitalières, les soins intensifs, car ce sont les plus jeunes qui vont rester plus longtemps», dénonce la professeure à l’Université de Montréal Diane Lamarre. 

Elle considère que le gouvernement semblait particulièrement anxieux lors du point de presse de mardi, donnant peu de réponses face à cette troisième vague qui fait des ravages sur son passage. 

«Ce que j’entends aujourd’hui, c’est "oui et non", "non et oui". On les sent vraiment très insécures. Je pense que si on est rendu à ce niveau d’insécurité là, on devrait faire marche arrière. C’est connu dans les pandémies, lorsqu’on arrive proche du but, proche de la vaccination, les gens relâchent», explique-t-elle à 100% Nouvelles.

En plus du relâchement de la population face aux mesures sanitaires, elle constate que le dépistage a été beaucoup moins important au cours du mois de mars. 

«Vingt jours sur 30 dans le mois de mars, on n’a pas eu 30 000 tests qui ont été faits. Ce sont les indicateurs que le gouvernement avait pour savoir où ça éclate plus vite, où ça explose. Et là, on se retrouve acculé au pied du mur, et c’est très inquiétant», ajoute Mme Lamarre. 

Elle juge qu’on aurait pu retarder d’une semaine le retour à temps plein en présentiel à l’école, en s’occupant des jeunes de manière différente. 

  • Écoutez l'entrevue avec le Dr. Martin Champagne, président de l’Association des médecins hématologues et des oncologues du Québec sur QUB radio

La spécialiste en politique Emmanuelle Latraverse considère pour sa part que le gouvernement ne semble plus savoir quoi faire.  

«Moi, j’ai vu un gouvernement aujourd’hui qui ne sait pas quoi faire. Ce n’est pas plus compliqué que ça. Ça fait un an qu’on les suit... Un gouvernement qui dit que "si la tendance se maintient, on est corrects" alors que partout ailleurs sur la planète, la tendance s’accélère. Un gouvernement qui dit que "si la troisième vague ne s’empire pas comme elle le fait ailleurs, on va être corrects!" Pourquoi le Québec serait le seul endroit sur Terre qui échapperait au mécanisme évident de cette troisième vague? C’est ça qu’on nous a dit aujourd’hui!» relève Emmanuelle Latraverse, qui s’inquiète d’entendre de tels propos.  

S’il est vrai que la population s’est désengagée des mesures sanitaires, elle considère que c’est parce que le gouvernement a allégé les mesures en place, donnant une impression de liberté peut-être trop grande. 

«Comme dit le Dr Njoo, les gens ont déconfiné dans leur tête un peu trop tôt. On ne peut pas s’en surprendre. Je peine à comprendre que d’attendre trois jours, quatre jours, cinq jours de plus [avant de resserrer les mesures] va nous placer dans une position plus favorable», laisse-t-elle tomber. 

*** Voyez leur intervention complète dans la vidéo ci-dessus. ***

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres