/news/health
Navigation

Les entrepreneurs à la rescousse de l’hôpital du Suroît

De gauche à droite: Suzanne Carrier, présidente de la Chambre de commerce et d'industrie Beauharnois Valleyfield Haut-Saint-Laurent (en avant à gauche); Jean-François Gagnon, directeur des ressources humaines chez CEZinc (en arrière à gauche); Michel Choinière, propriétaire du Canadian Tire du boulevard Monseigneur-Langlois à Salaberry-de-Valleyfield et porte-parole du milieu économique (devant, dans le milieu); Miguel Lemieux maire de Salaberry-de-Valleyfield (derrière à droite); Karine Gosselin de Gosselin courtiers d'assurance (devant à droite).
Photo AGENCE QMI, Alexe-Sandra Daigneault De gauche à droite: Suzanne Carrier, présidente de la Chambre de commerce et d'industrie Beauharnois Valleyfield Haut-Saint-Laurent (en avant à gauche); Jean-François Gagnon, directeur des ressources humaines chez CEZinc (en arrière à gauche); Michel Choinière, propriétaire du Canadian Tire du boulevard Monseigneur-Langlois à Salaberry-de-Valleyfield et porte-parole du milieu économique (devant, dans le milieu); Miguel Lemieux maire de Salaberry-de-Valleyfield (derrière à droite); Karine Gosselin de Gosselin courtiers d'assurance (devant à droite).

Coup d'oeil sur cet article

La grogne populaire s’intensifie à Salaberry-de-Valleyfield depuis que le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Ouest (CISSMO) a annoncé son désir de transférer 10 services de l’hôpital du Suroît vers le futur hôpital de Vaudreuil-Soulanges, dont la construction est prévue pour 2026.

Mardi, c’est le milieu des affaires qui a joint sa voix à celle des citoyens lors d’une conférence de presse tenue à l’extérieur dans le stationnement d’un commerce local à laquelle ont pris part le maire Miguel Lemieux, la présidente de la Chambre de commerce et d'industrie Beauharnois- Valleyfield-Haut-Saint-Laurent, Suzanne Carrier, ainsi que plusieurs entrepreneurs.

«Cette sortie économique se veut un appui à la mobilisation présente pour le maintien des services à l’hôpital du Suroît, a mentionné Mme Carrier, dont l’organisme représente plus d’une centaine d’entreprises. Nous avons décidé de prendre position et d’intervenir en rédigeant une lettre [...] qui demande au ministère de la Santé et au gouvernement de modifier cette orientation.»

Cette lettre, endossée par 84 entrepreneurs, élus municipaux, responsables de groupes communautaires et organisations syndicales, s’ajoute à une pétition signée par plus de 7000 citoyens.

«Tous les secteurs de la région se mobilisent, a souligné pour sa part le maire Lemieux. Ce n’est pas un mouvement purement communautaire ou syndical, ça concerne aussi le monde des affaires et tous ceux à qui la décision du CISSMO fera mal.»

L’effet domino

Selon les protestataires, la région du Suroît risque d’être durement touchée si elle en vient à perdre ses services d’ophtalmologie, de chirurgie de l’œil, d’audiologie ou du Centre Mère-Enfant, récemment rénové grâce à un don communautaire de 1,8 million $.

Des milliers de citoyens de la banlieue de Salaberry-de-Valleyfield seraient ainsi forcés d’effectuer plus d’une heure de route pour avoir accès aux services du nouvel hôpital de Vaudreuil, situé à 30 km à l’est de la métropole régionale.

«La région est relativement prospère pour les agriculteurs, a expliqué l'entrepreneure Karine Gosselin. Mais comment favorisera-t-on l’accès aux métiers de l’agriculture pour les jeunes familles si on leur enlève des services de proximité aussi élémentaires qu’une unité des naissances?»

Le maire de Salaberry-de-Valleyfield ajoute que les familles ne seront pas les seules à être touchées par la décision du CISSMO.

«Les aînés pourraient être pénalisés par la perte de services comme l’ophtalmologie, et c’est sûr que dans une région mal desservie par les transports en commun, ce sont les plus démunis qui vont payer le prix.»

De plus, le politicien craint que la construction de l’hôpital de Vaudreuil aggrave le problème de pénurie d’employés qui sévit à l’hôpital du Suroît.

Au CISSMO, on tente de rassurer.

«Rappelons que l’ouverture de l’Hôpital Vaudreuil-Soulanges est prévue en 2026 et que l’objectif est d’avoir une offre de services bonifiée et encore plus spécialisée pour la population du territoire du CISSS de la Montérégie-Ouest», a mentionné, par courriel, Jade St-Jean, conseillère cadre aux communications externes, relations médias et ministérielles au CISSMO.

Mme St-Jean a ajouté que les plans du CISSMO ne sont pas encore coulés dans le béton.

«Des travaux sont en cours afin de définir l’offre de services de ces pratiques spécialisées, tout en évaluant si certains services pourraient être maintenus localement. De plus, précisons que contrairement à ce qui est véhiculé, la gynécologie et les mammographies de dépistage demeureront sur le territoire du Suroît», a-t-elle souligné.