/news/currentevents
Navigation

Soupçonné de meurtre: Karl-Emmanuel Villeneuve plaide coupable pour une accusation réduite

Karl-Emmanuel Villeneuve
Photo d'archives Agence QMI, Roger Gagnon Karl-Emmanuel Villeneuve

Coup d'oeil sur cet article

Soupçonné d'un meurtre commis en août 2018 à Chicoutimi-Nord, Karl-Emmanuel Villeneuve a plaidé coupable à une accusation réduite d’homicide involontaire avant le début de son procès devant jury, mardi, et ce, malgré les récriminations de la défense.

«L'ADN n'a révélé aucune preuve de sa présence dans la maison le soir du crime», a commenté l'avocat de défense, Me Jean-Marc Fradette, à la sortie de la salle d'audience.

Quand les policiers ont découvert le fusil de calibre 12 tronçonné chez Villeneuve, en août 2018, ils étaient convaincus de détenir le responsable de la mort d'Alexandre Larouche. La victime de 22 ans a été tuée de deux balles à bout portant, les jours précédents, dans la résidence de sa mère sur la rue Joanna, à Chicoutimi-Nord. Villeneuve était accusé de meurtre prémédité depuis son arrestation, une semaine après le drame.

Son crime est d'avoir prêté une arme chargée à un tiers, dans le but d'intimider la victime, qui lui devait une somme d'argent, selon son avocat.

«Il ne voulait pas la mort, mais il y a participé en fournissant l'arme», a expliqué Me Fradette.

La mère d'Alexandre Larouche, Chantale Caron-Gagnon, a lu une lettre devant le tribunal pour témoigner des conséquences du décès de son fils.

«Je suis naufragée de la pire tempête qui soit », a-t-elle dit. « Tout ce que je peux faire, c'est de flotter...»

Elle a révélé vivre dans la crainte permanente qu'un déséquilibré frappe à sa porte. Le juge François Huot a dit prier pour qu'elle retrouve un minimum de sérénité.

«Aujourd'hui, c'est une étape importante pour mon deuil», a-t-elle confié après la procédure. «D'avoir pu parler et d'être accueillie par le juge, c'est libérateur.»

Les policiers poursuivent donc leur enquête dans le but d'identifier le véritable tireur, qui n'est peut-être pas celui à qui Villeneuve avait prêté le fusil.

«Ils savent c'est qui...», a indiqué Me Fradette. «Mais ils doivent trouver comment le prouver.»

La directrice des poursuites criminelles et pénales au dossier, Me Mélanie Paré, est demeurée discrète sur le déroulement de l'enquête.

«Il y a des questions qui vont demeurer sans réponses», a commenté la mère d'Alexandre Larouche.

Villeneuve, aujourd'hui âgé de 22 ans, a été condamné à 13 ans de pénitencier à la suite d'une suggestion commune des deux parties. Considérant le temps déjà purgé, il lui reste encore 10 ans et 1 mois derrière les barreaux.

«ll est atteint de fibrose kystique», a révélé Me Fradette. «Dans les circonstances, passer d'une peine minimale de 25 ans de détention à 10 ans, c'est un résultat exceptionnel.»