/news/currentevents
Navigation

Mort suspecte d’une patiente: un médecin de Charles-Lemoyne fait l'objet d'une enquête policière

Coup d'oeil sur cet article

Un autre médecin québécois fait l’objet d’une enquête policière à la suite de la mort suspecte de l’une de ses patientes, la semaine dernière, à l’Hôpital Charles-Lemoyne, à Longueuil. 

• À lire aussi: Meurtre à l’Hôpital général de Hawkesbury: la victime est un octogénaire de Pointe-Claire

• À lire aussi: Médecin québécois accusé de meurtre prémédité

Les enquêteurs de la police de Longueuil tentent d’établir les circonstances entourant le décès suspect d’une femme dans la cinquantaine survenu jeudi dernier, alors qu’elle se trouvait aux soins intensifs de l’hôpital.

Selon nos informations, le médecin interniste de 32 ans visé par cette enquête aurait lui-même procédé à un acte médical sur la victime après que deux infirmières eurent refusé de le faire. 

La patiente a rendu l’âme peu de temps après. « Une enquête est en cours pour établir les circonstances du décès, et nous rencontrons présentement toutes les personnes qui auraient été en contact avec la victime », se limite à dire l’agente Mélanie--- Mercille, porte-parole de la police de Longueuil.

Les autorités n’ont pas voulu révéler pourquoi la femme était hospitalisée ni ce que le médecin lui aurait administré avant qu’elle rende l’âme en raison de la confidentialité des dossiers médicaux.

La direction alerte les policiers 

La nouvelle du troublant décès de la quinquagénaire a rapidement trouvé écho auprès de la direction de l’hôpital. 

C’est d’ailleurs le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie--Centre qui a demandé à la police d’enquêter, en plus d’aviser le coroner.

« Les enquêtes sont en cours, auxquelles l’établissement collabore de façon pleine et entière », indique la porte-parole, Martine Lesage.

Des employés de l’hôpital se sont montrés surpris par la nouvelle, décrivant le médecin comme un bon collègue. 

Le Journal a pris la décision de ne pas nommer le médecin en question étant donné qu’aucune accusation n’est encore portée contre lui.

Le jeune médecin interniste, qui a obtenu son permis d’exercice en 2016, n’a aucune tache à son dossier déontologique, d’après le Collège des médecins du Québec.

« Le Collège a été mis au fait de la situation. La loi nous empêche d’en dire davantage pour l’instant », précise Leslie Labranche, porte-parole de l’ordre professionnel. 

Médecin devant la justice

Le décès suspect de la quinquagénaire s’est produit le même jour où, 125 kilomètres plus loin, les policiers ontariens ont été appelés à intervenir à l’Hôpital général de Hawkesbury.

L’un d’eux, Albert Poidinger, 89 ans, de Pointe-Claire, aurait été victime d’un meurtre, selon les autorités.

Les policiers ont procédé à l’arrestation du médecin québécois, Brian Nadler, originaire de Dollard-Des Ormeaux. Ce dernier fait face à une accusation de meurtre prémédité devant la justice ontarienne. 

Selon le quotidien Ottawa Citizen, les décès de cinq patients à Hawkesbury seraient analysés par les autorités. Ils étaient tous atteints de la COVID-19.

–Avec Erika Aubin