/entertainment/star-academie
Navigation

Star Académie: critiques et réseaux sociaux 101

La Dre Marie-Anne Sergerie, psychologue, de passage à "Star Académie" pour parler aux candidats de la gestion des réseaux sociaux.
Photo Courtoisie, Productions Déferlantes La Dre Marie-Anne Sergerie, psychologue, de passage à "Star Académie" pour parler aux candidats de la gestion des réseaux sociaux.

Coup d'oeil sur cet article

Avec la célébrité viennent instantanément les critiques et les commentaires pas toujours tendres sur les médias sociaux. Les candidats de Star Académie apprivoisent tous les jours cette réalité, à laquelle ils ne pourront échapper dans la suite de leur parcours sous les projecteurs.

• À lire aussi: Agressivité sur les réseaux sociaux: une spécialiste se prononce

La Dre Marie-Anne Sergerie, psychologue et spécialiste en cyberdépendance, était allée offrir un premier atelier à Waterloo en début de saison et sera de retour dans la quotidienne de mercredi, pour jaser réseaux sociaux, critique et estime de soi avec les jeunes artistes.

Rappelons que ceux-ci ont régulièrement un accès contrôlé à leurs cellulaires et aux plateformes d’échanges virtuelles dans le cadre de leur formation à l’Académie.

«Quand on arrive à bien cultiver, développer, consolider son estime de soi, c’est un bel outil pour faire face aux commentaires qui sont parfois plus difficiles à recevoir», souligne Marie-Anne Sergerie.

La Dre Marie-Anne Sergerie, psychologue, de passage à "Star Académie" pour parler aux candidats de la gestion des réseaux sociaux.
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Rebondir

Avec cette dernière, les Académiciens apprennent à distinguer observations constructives et opinions gratuites ou malveillantes.

«On aborde les commentaires plus difficiles, et comment on peut arriver à prendre un recul. Comment évalue-t-on une critique? Est-ce qu’elle nous permet de progresser dans nos apprentissages? Comment peut-on rebondir, comme artiste, quand on reçoit des commentaires? En revanche, quand une critique n’est pas neutre, constructive ou qu’elle ne permet pas de progresser, qu’elle est basée non pas sur des faits, mais sur une opinion personnelle, il faut en prendre et en laisser...»

Star Académie démontre également, cette année, que ce ne sont pas tous les millénariaux qui sont constamment «scotchés» à leurs appareils intelligents. Un Guillaume qui peine à publier des «stories» en est la preuve.

«Je trouve ça intéressant, note Marie-Anne Sergerie. On a parfois tendance à penser que tout le monde est sur les réseaux sociaux et y publie toute sa vie. Guillaume fait un peu la démonstration que, non, ce n’est pas tout le monde qui a ce besoin-là. Et ces personnes peuvent quand même très bien faire leur chemin. Ça fait partie d’une certaine diversité au niveau technologique. Guillaume n’a pas l’air malheureux, il a l’air plutôt bien [Rires]. Il fait des efforts pour apprendre, sans se mettre de pression. Il accepte que son intérêt est moins là, et c’est correct aussi.»

Soutien psychologique

Outre ses présences ponctuelles à l’écran, Marie-Anne Sergerie est aussi impliquée dans les coulisses de Star Académie en offrant chaque semaine ses services de psychologue aux Académiciens.

Des reproches avaient déjà été adressés à la production après les précédentes éditions de l’émission, dans le passé, voulant que les participants, à leur sortie de l’aventure, ne recevaient pas suffisamment de soutien psychologique. On a donc déployé un maximum de ressources à cet égard.

«C’est un besoin qui avait été nommé de la part de ceux qui ont vécu l’expérience antérieurement. Plusieurs années se sont écoulées depuis, et ça devenait incontournable. De plus en plus de productions de téléréalités intègrent un volet psychologique, parce qu’on voit que ça peut être très utile, et amener beaucoup de bienfaits pour les candidats», mentionne l’experte.

On assistera à l’atelier de Marie-Anne Sergerie dans la quotidienne de Star Académie mercredi, à 19h30, à TVA.