/sports/soccer/cf-montreal
Navigation

Nancy est dans son élément

Il doit composer avec une préparation peu orthodoxe dans son nouveau rôle

Nancy est dans son élément
Photo Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Voilà trois semaines que Wilfried Nancy est devenu l’entraîneur-chef du CF Montréal et il n’en regrette pas une seule seconde.

• À lire aussi: La grogne avait été anticipée

« J’adore mon rôle, je prends énormément de plaisir », a-t-il admis sans hésiter lors d’un point de presse virtuel.

« Quand on est adjoint, on propose des idées à l’entraîneur, qu’il prend ou non en fonction de son ressenti.

« Quand on est entraîneur, on a une idée et on la met en place en collaboration avec le staff. »

Pas évident 

Mais voilà, Nancy se retrouve dans une situation hors du commun puisqu’il n’aura que deux matchs amicaux pour préparer sa troupe avant le début de la saison, le 17 avril contre le Toronto FC.

« Avec plus de matchs amicaux, j’aurais tenté plus de choses. Là, ce n’est pas que je ne vais pas tenter, mais je vais essayer de gagner du temps.

« Ça sera les joueurs qui seront prêts pour le premier match qui vont jouer. Est-ce que [ce] seront des titulaires ? Je n’aime pas trop ce terme-là. »

Il reconnaît qu’il a tout de même jeté un œil sur les rencontres internationales de la dernière semaine puisqu’une dizaine de joueurs du club étaient partis porter les couleurs de leur pays respectif.

« Mais je prends ça avec des pincettes parce que chaque entraîneur a ses demandes. »

Wilfried Nancy est en train de découvrir son équipe, mais il n’aura que deux matchs préparatoires pour la mettre sur les rails.
Photo d’archives
Wilfried Nancy est en train de découvrir son équipe, mais il n’aura que deux matchs préparatoires pour la mettre sur les rails.

Essentiel

Très tôt cet hiver, on a annoncé que l’équipe allait faire l’essentiel de sa préparation à Montréal pour éviter que les joueurs soient éloignés trop longtemps de leur famille.

La décision s’est finalement avérée bonne puisque depuis plus d’une semaine, l’équipe s’entraîne à l’extérieur, ce qui n’est pas arrivé souvent au mois de mars depuis dix ans.

« C’était primordial de faire la préparation à Montréal, a insisté Nancy. On a pesé le pour et le contre en sachant qu’on serait partis longtemps.

« C’était la première fois de l’histoire qu’on allait faire une préparation entière sur le synthétique, mais la météo a été avec nous et on a pu aller sur la pelouse et lors de la première séance sur la pelouse, j’ai vu des enfants. »

Jeunesse et énergie

On l’a souvent mentionné depuis quelques semaines, cette équipe est jeune. Très jeune, même, avec une moyenne d’âge sous les 24 ans.

Mais Nancy, qui a longtemps travaillé avec de jeunes joueurs, aime ce qu’il voit jusqu’à maintenant.

« Les jeunes progressent bien. Quand ils arrivent, ils sont timides et ont un peu de mal à s’exprimer. Mais ils sortent de leur zone de confort et il y a une progression de ce côté-là. »

L’équipe compte sur seulement trois trentenaires, Kiki Struna, Rudy Camacho et Erik Hurtado, qui ont tous 30 ans.

« C’est la première fois qu’on a un groupe aussi jeune alors ça amène de l’énergie, mais aussi de la patience parce que qui dit jeune, dit précipitation.

« Ça peut créer de l’inconfort chez les plus vieux, mais ils s’ajustent et c’est intéressant de voir la dynamique entre les plus jeunes et les plus vieux. »

À VOIR ÉGALEMENT