/news/health
Navigation

Une résidence pour aînés forcée de fermer à Drummondville

Coup d'oeil sur cet article

Les résidents de la résidence privée pour aînés L’Oasis d’ABEE de Drummondville ont jusqu’au 30 avril pour se trouver un nouveau milieu de vie.

La propriétaire de la résidence, Nathalie Beaupré, a reçu par huissier, mardi matin, une lettre du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) l’informant qu’il révoquait son attestation temporaire de conformité et qu’il refusait par le fait même de lui délivrer un certificat de conformité pour opérer la résidence.

«Mes résidents ont en moyenne 90 ans. Vous pouvez vous imaginer le choc qu’ils vont avoir en apprenant cette nouvelle. Je n’arrive pas à croire qu’on va les déraciner de leur milieu», a affirmé Mme Beaupré, les larmes aux yeux.

Pour justifier cette décision, le CIUSSS MCQ évoque entre autres le fait que les exploitants de la résidence auraient posé des gestes qui auraient mis en danger la santé et la sécurité des résidents. Il indique aussi être préoccupé par le fait que malgré toutes les chances qui ont été données à L’Oasis d’ABEE, des non-conformités récurrentes persistent depuis 2019.

Plusieurs de ses non-conformités concernent des informations manquantes. Par exemple, des rapports d’accident ou d’incident pas assez détaillés ou l’absence de preuves de formation d’employés. Un non-sens pour Nathalie Beaupré.

«J’ai pas pensé moi que des protocoles et des procédures allaient prendre le dessus sur la protection et le bien des résidents», a-t-elle affirmé.

Les employés de la résidence rencontrés par TVA Nouvelles abondent dans le même sens.

«Ici, on était une belle grande famille et tout était fait avec amour. Je ne comprends vraiment pas ce qui se passe», a confié un membre du personnel.

«On est tous des hommes et des femmes de cœur, et de dire qu’on aurait posé des gestes allant jusqu’à mettre la vie des résidents en danger? Jamais!» a renchéri un autre.

De leurs côtés, des proches s’inquiètent de l’effet qu’aura ce déménagement chez leur parent.

«C’est terrible de déménager ma mère. La dernière fois qu’on l’a déménagée ici, on a dû lui donner de la médication parce que ça allait plus du tout, alors c’est sûr que ça va être un gros choc», a confié un proche.

Par courriel, le CIUSSS MCQ avoie que le changement de résidence n'est jamais une option à laquelle il souhaite arriver et il se dit très attristé de cette finalité.

Il ajoute que dans le contexte actuel, des professionnels du CIUSSS MCQ demeureront dans la résidence au cours des prochains jours et qu'un accompagnement sera offert aux exploitants.