/news/coronavirus
Navigation

Vaccin d’AstraZeneca : Les craintes des Québécois sont persistantes

Coup d'oeil sur cet article

Des coordonnateurs de campagnes de vaccination ont dû s’ajuster dans les dernières semaines pour répondre aux craintes et aux refus de la population de recevoir le vaccin d’AstraZeneca.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

Chaque jour, au Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval, environ 100 personnes rebroussent chemin après s’être fait offrir une dose du vaccin Covishield d’AstraZeneca, sur un total de 2400 gens s’étant présentés à leur rendez-vous, évalue la directrice de la vaccination, Isabelle Parent. 

« Ça arrive tout le temps. Ils ne veulent pas le Covishield et ils s’essaient. Ils vont y aller de toutes sortes de moyens, déplore-t-elle. Il y en a qui ont été très agressifs autant physiquement que verbalement. » 

  • Écoutez l'entrevue Dr Mathieu Simon, chef des soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Un phénomène également observé au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, où deux personnes sur 10 le refusent. 

« Les citoyens ne sont pas mal intentionnés, soutient Marie-Florente Démosthène. C’est le cumul de toute l’inquiétude et de la désinformation. »

À Québec, c’est une personne sur 20 qui refuse ce produit, d’après le CIUSSS de la Capitale-Nationale.   

  • Écoutez La rencontre Dutrizac-Dumont sur QUB radio:   

En Europe

Cette réaction est liée, selon des experts, à la controverse après que des pays européens ont suspendu un temps les injections d’AstraZeneca, en lien avec des cas de caillots sanguins. 

Santé Canada, qui n’a pas recensé de tels cas, « soumettra à d’autres conditions les homologations » de ce vaccin.

Hier, Québec a suspendu l’utilisation d’AstraZeneca aux 55 ans et moins.

Certains auraient également abusé de la plateforme de prise de rendez-vous Clic Santé. Il a été possible pour une seule personne de prendre plusieurs rendez-vous à différents endroits. Des plages horaires ont ainsi été gaspillées, sans toutefois que les doses le soient.

« C’est un phénomène qui s’est produit depuis le début et qui s’est peut-être accentué depuis l’arrivée du vaccin d’AstraZeneca », explique la directrice intérimaire de la vaccination du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, Marie-Ève Brunelle. 

« Une nouvelle fonction sera ajoutée sur Clic Santé et limitera la prise de rendez-vous à un par personne », a indiqué le ministère de la Santé.

À VOIR ÉGALEMENT 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres