/sports/football
Navigation

En confiance pour le grand jour

Benjamin St-Juste tentera de se faire valoir lors de son Pro Day devant la NFL

Benjamin St-Juste dans l'uniforme des Gophers.
Photo AFP Benjamin St-Juste dans l'uniforme des Gophers.

Coup d'oeil sur cet article

Sur ses médias sociaux, Benjamin St-Juste a évoqué son Pro Day de jeudi matin, à l’Université du Minnesota, comme la plus importante entrevue d’embauche de sa vie. À l’aube de ce grand moment devant les yeux de la planète NFL, le demi de coin québécois attaque le défi en pleine confiance, gardant la tête froide.

Le Pro Day sera l’occasion de démontrer ses aptitudes athlétiques dans une batterie de tests physiques, devant des dépisteurs, mais aussi des entraîneurs et même des directeurs généraux d’équipes de la NFL.  

Avant cette journée souvent déterminante en vue du repêchage de la NFL, qui se tiendra cette année à Cleveland du 29 avril au 1er mai, St-Juste est apparu détendu à souhait lors d’une vidéoconférence avec les médias.  

«Je ne me suis pas fixé s’objectifs particuliers. Je sais que ça se passera bien et que j’obtiendrai de bons résultats», a-t-il assuré. 

«Peu importe les chiffres qui vont ressortir, je sais que je suis un bon athlète et un bon joueur de football. Je veux juste avoir du plaisir. Si les chiffres sont fous, tant mieux, mais sinon, tant pis. Je ne vais pas m’ajouter une pression additionnelle quant aux attentes de l’extérieur», a continué de manière pragmatique l’ancien des Spartiates du Cégep du Vieux Montréal. 

Que du plaisir

À quelques heures d’une étape critique pour la suite de sa carrière dans le processus du repêchage, St-Juste a fait le choix d’approcher l’événement en toute zénitude, contrairement à ce qu’il a parfois pu s’imposer à lui-même dans le passé. 

«Habituellement, je suis très dur envers moi-même. En ce moment, j’essaie juste de réaliser à quel point je suis béni d’être dans cette position. Aussi bien m’amuser en misant sur tout le travail que j’ai fait.»  

«Si tu n’as pas de plaisir à jouer au football, tu vas devenir trop anxieux. J’essaie toujours de me rappeler à moi-même que j’en suis rendu là parce que je suis bon. C’est ce genre d’énergie positive que je veux amener lors du Pro Day», a-t-il signalé. 

Du support apprécié

L’an passé, pas moins de cinq joueurs des Gophers de l’Université du Minnesota avaient trouvé preneurs au repêchage de la NFL, la meilleure performance pour le programme depuis 1990. 

St-Juste a donc pu bénéficier de l’expérience de ses anciens coéquipiers, notamment le maraudeur Antoine Winfield Jr, qui vient de remporter le Super Bowl avec les Buccaneers de Tampa Bay. 

«Durant le processus, j’ai parlé à Antoine à quelques occasions à propos de l’entraînement, mais aussi de la gestion des entrevues menant au repêchage. Il m’a donné des conseils pour me comporter de manière professionnelle», a affirmé celui qui dit admirer les demis de coin Jalen Ramsey, Richard Sherman et Marlon Humphrey dans la NFL. 

Lors de son Pro Day, St-Juste sera en vedette avec son coéquipier le receveur Rashod Bateman, un espoir que la plupart des analystes classent en première ronde. Ce dernier, lors de la vidéoconférence de mercredi, n’a eu que de bons mots pour le Québécois. 

«Lors des entraînements, Ben et moi, nous nous en sommes chacun donné pour notre argent! Il est de loin le meilleur demi défensif que j’ai affronté dans ma carrière. L’équipe qui optera pour lui obtiendra tout un athlète et une très bonne personne. Je sens que Ben va donner un gros show demain [jeudi] et que plusieurs équipes auront tort si elles passent par-dessus lui», a-t-il fait valoir. 

«À toutes les pratiques, c’est une compétition», a quant à lui mentionné St-Juste. Il est le receveur numéro un et moi le demi de coin numéro un. Le fer aiguise le fer. Ça m’a vraiment beaucoup amélioré de pratiquer à chaque jour contre un receveur de première ronde, de très haut calibre. Il n’y a pas beaucoup de demis défensifs qui ont cette chance. Ça va vraiment m’aider au prochain niveau.» 

Plusieurs analystes sont d’avis que Benjamin St-Juste devrait être sélectionné en troisième ou quatrième ronde. 

Vers un match à Montréal?  

Dans le cadre de l’extension de son calendrier régulier à 17 matchs, la NFL entend profiter de l’occasion pour accroître sa présence sur la scène internationale. Dans ce contexte, Montréal pourrait devenir une option, même s’il n’y a pour l’instant rien de concret en ce sens. 

Mardi, la NFL a confirmé ce qui était officieux depuis plusieurs mois, à savoir que dès 2021, la saison régulière comportera un match de plus pour chacune de ses 32 équipes. À compter de 2022, chaque équipe jouera un match à l’extérieur des États-Unis et la ligue a laissé entendre que les premiers marchés visés seraient le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Mexique, l’Amérique du Sud et le Canada. 

Mercredi, selon la Presse canadienne, les dirigeants du Stade olympique à Montréal se sont dits intéressés par l’idée de présenter un match de la NFL. 

«Le football nord-américain possède le record de la plus grande foule sportive au Stade olympique à ce jour, confirmant notre intérêt et celui des Québécois pour ce sport. Nous serions très intéressés d’accueillir un match de la NFL, et sommes très motivés à l’idée de faire connaître nos investissements à venir et les multiples possibilités du Stade olympique aux promoteurs d’ici et d’ailleurs», a indiqué à l’agence de presse Alain Larochelle, vice-président exploitation et développement commercial du Parc olympique. 

À ce jour, Montréal a déjà été l’hôtesse d’un match préparatoire de la NFL, mais jamais de saison régulière. La seule ville canadienne à avoir vécu cette expérience est Toronto, quand les Bills de Buffalo y ont disputé un match par année, de 2008 à 2013. 

«Nous misons sur une solide base d’amateurs au Canada et nous souhaitons y présenter des matchs de saison régulière. Dans tout marché où nous présenterons un match international, nous aurons besoin du support des partisans et des gouvernements locaux, en plus d’un stade qui répond à nos critères», a souligné la veille dans un appel conférence le vice-président, chef stratégique et croissance, Christopher Halpin. 

Lors de sa saucette médiatique de mercredi, Benjamin St-Juste a accueilli la nouvelle d’un bon œil. 

«Ce serait incroyable pour le football au Canada et pour les joueurs canadiens. Ce serait une belle opportunité pour jouer devant toute la famille et les amis», s’est exprimé le natif de Rosemère.