/entertainment/opinion/columnists
Navigation

La musique est raciste

Coup d'oeil sur cet article

Le journal britannique The Telegraph a mis la main sur un rapport de l’Université d’Oxford qui affirme que les cours de musique classique au premier cycle sont trop blancs et colonialistes... 

Essayez de lire les phrases suivantes sans rire... et sans vous étouffer dans votre café.

TROP DE NOTES BLANCHES ?

« La faculté de musique de l’Université d’Oxford considère la possibilité de modifier ses cours pour s’attaquer à l’hégémonie blanche. 

Des employés de l’Université considèrent que le cursus universitaire est “complice du suprémacisme blanc” dans la foulée de mouvement #Black-LivesMatter.

Des professeurs considèrent que les partitions musicales sont “colonialistes” et estiment que le contenu des cours doit être “décolonisé”.

Des professeurs affirment que la façon de transcrire la musique “ne s’est pas débarrassée de sa connexion à son passé colonial” et que le fait de la maintenir dans son état actuel serait “une gifle pour les étudiants de couleur”. L’écriture musicale doit être réformée pour être plus “inclusive”. 

Des professeurs d’Oxford affirment que les cours sont trop axés sur “la musique d’hommes blancs européens de l’époque de l’esclavagisme”, comme Beethoven et Mozart.

Certains professeurs ont aussi suggéré que l’on arrête d’exiger la maîtrise de certaines techniques de musique classique, comme le piano ou la direction d’orchestre, car ces apprentissages sont trop centrés sur “la musique européenne blanche” et “causent une grande détresse aux étudiants de couleur”.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Des professeurs réclament que certains cours sur Schubert ou Guillaume de Machaut soient supprimés au profit de leçons de musique africaine ou de musique populaire. »

Non, ces phrases ne sont pas tirées d’un magazine humoristique ou d’un roman de science-fiction.

Je vous rappelle qu’Oxford est l’une des plus prestigieuses universités au monde. 

  • Écoutez la chronique de Sophie Durocher avec Pierre Nantel sur QUB radio:

La seule question qu’on doit se poser quand on parle de musique, c’est celle de l’excellence. Ce compositeur est-il brillant ou ordinaire, a-t-il apporté quelque chose de nouveau à la musique ?

Que sa musique ait été composée en pleine période d’esclavagisme nous dit quoi sur le talent du compositeur ? 

On écoute encore Beethoven, Mozart et Bach parce que leur musique transcende les époques !

Mozart est-il moins un génie parce qu’il est blanc ? Sa musique est-elle moins grandiose parce qu’il est né à Salzbourg le 27 janvier 1756 ? 

S’il était né à Ouagadougou, au Burkina Faso, en 1983, son Concert pour piano no 23 aurait-il pu être enseigné à Oxford ? Est-ce que ça aurait causé moins de « détresse » aux « étudiants de couleur » ?

La « culture » woke s’en prend à toutes les formes de culture. Les dessins animés de Looney Tunes comme la musique de Beethoven, les épisodes de La petite vie comme les pièces de Shakespeare, les épisodes de Friends ou les chansons de Noël. 

On va finir par se demander si la « culture » woke aime la « culture ».

LA HAINE DE SOI

Quand je lisais les articles sur la musique classique jugée trop blanche et colonialiste, j’avais des images de la révolution culturelle de Mao, en Chine. 

En 1966, le Grand Timonier avait interdit toutes les musiques occidentales sur le territoire chinois, jusqu’à sa mort en 1976, car cette musique représentait « l’impérialisme et le capitalisme ».

Que dirait Mao de voir qu’en 2021, ce sont les Occidentaux eux-mêmes qui s’autoflagellent ?