/sports/opinion/columnists
Navigation

Quarantaine, Big Brother et Kim Clavel

Boxe Clavel c. Gonzalez
Photo d'archives Kim Clavel devrait monter sur le ring le 20 août au Stade IGA.

Coup d'oeil sur cet article

Eric Staal est avec le Canadien parce que Justin a baissé le temps de la quarantaine pour les joueurs de hockey.

Lâchez-moi avec les passe-droits accordés aux millionnaires du hockey, le gouvernement fédéral a juste agi avec intelligence. Pour une fois.

Les équipes de la Ligue nationale doivent protéger leur produit. Et le produit, ce sont les joueurs. Donc, le gouvernement s’est dit que les équipes millionnaires feraient tout le nécessaire pour protéger leurs millionnaires.

Tests à répétition, petits soins, on le sait. D’ailleurs, Jasperi Kotkaniemi a retrouvé ses coéquipiers lors du retour des Glorieux (!) à l’entraînement. Sept jours étaient suffisants puisque c’est un joueur de hockey.

Mais pourquoi ce qui est bon pour les joueurs de hockey n’est pas bon pour les boxeurs ?

Les promoteurs veilleraient sur leur santé. Pour les journalistes qui doivent se déplacer aux États-Unis pour couvrir un événement ? Ou une femme d’affaires qui doit régler un problème ?

En fait, pourquoi ce ne serait pas bon pour mon oncle Arthur et ma tante Georgette, qui reviennent de Pompano dans quelques semaines ?

Pensez-vous que François-David Rouleau, qui s’en va couvrir le Masters à Augusta, est trop sans génie pour être imprudent avec sa blonde et son bébé en revenant ? Trop cave pour passer un test ? Parce qu’il n’est pas un joueur de hockey ? Pourquoi 14 jours pour lui et sept jours pour Eric Staal ?

La réponse, on la connaît. Il faut punir tout le monde parce qu’il y a des imbéciles qui se foutent de la prudence. Mais à un moment donné, la punition devient une injustice. 

Sept jours pour les joueurs de hockey, c’est parfait. Pour les autres, on devrait au moins pouvoir en discuter.

LE SCOOP DE BIG BROTHER

C’est la première fois que j’apprends un scoop en regardant une émission de téléréalité. Kim Clavel, qui défend chèrement sa peau à Big Brother avec plus ou moins d’élégance, a eu droit à quelques minutes de communication avec son promoteur Yvon Michel. Ce dernier lui a annoncé qu’un combat l’attendait le 20 août au Stade IGA. Et si elle l’emportait, un combat de championnat du monde suivrait en novembre ou en décembre.

Comme c’est souvent l’habitude d’Yvon Michel de faire miroiter des rêves de combat (quoique Rivas-Jennings va avoir lieu !), on va s’attarder davantage au mois d’août et au Stade IGA. C’est une fichue de bonne nouvelle que Kim Clavel a reçue.

La pandémie a été horrible pour les boxeurs, qui sacrifient une partie de leur vie pour s’accomplir dans un sport très exigeant. Heureusement, Kim a fait plus d’argent avec Big Brother qu’avec n’importe lequel de ses combats. Si en plus elle gagnait la compétition, elle pourrait enfin se payer un vrai camp d’entraînement de pro. Juste pour ça, je lui souhaite de se rendre jusqu’au bout.

UNE BELLE SOIRÉE

L’idée d’une soirée en plein air est géniale. Même s’il y a toujours un risque de pluie ou d’orage. On peut espérer qu’à la fin août, la Santé publique ne fera pas suer les fans avec son confinement. Si on est pour revivre après la vaccination, aussi bien qu’on reparte le 20 août. Des milliers de fans pour une belle soirée de boxe en plein air, quand est-ce que vous avez pu rêver à pareil plaisir depuis un an ?

Faut juste que les fonctionnaires de la Régie des alcools, des courses et des jeux soient capables de sortir de leur engourdissement. Ça, c’est une autre histoire sur laquelle on va revenir. Faut mieux connaître Monsieur Bingo...

YESENIA GOMEZ ?

Selon mon espion favori, c’est vers Yesenia Gomez que se dirigent les regards pour ce combat de championnat du monde.

Elle règne à 108 livres sur les poids mouche, version WBC.

Mme Gomez s’est toujours battue à Cancún, où elle réside, ou à Playa Del Carmen, non loin du bar du capitaine. C’est une candidate très prenable pour Kim Clavel quand elle sera remise de ses aventures à Big Brother.

Les boxeuses sont plus nombreuses dans les poids de 108 livres à 120 livres qu’à 154 ou 147 livres, le terrain de jeu de Claressa Shields et auparavant de Marie-Ève Dicaire.

Mais la rareté des bonnes boxeuses sur la planète demeure le problème fondamental de la boxe féminine. Quand on ajoute les rounds de deux minutes à l’équation, c’est difficile pour les vrais amateurs de s’emballer outre mesure pour un spectacle dilué.

Mais tout ce qu’on peut demander à Kim Clavel, c’est d’être meilleure que celle qu’on va trouver...