/news/politics
Navigation

Garneau dénonce les «actions déstabilisatrices» de la Russie

Garneau dénonce les «actions déstabilisatrices» de la Russie
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre des Affaires étrangères Marc Garneau a fait part de ses préoccupations face aux «actions déstabilisatrices» de la Russie lors d’une conversation avec son homologue de l’Ukraine jeudi. 

• À lire aussi: Mouvement de troupes russes: Moscou veut rassurer, Kiev craint des « provocations »

• À lire aussi: Guerre en Ukraine: Moscou accuse Kiev de l'escalade

• À lire aussi: Crimée: nouvelles sanctions canadiennes contre des responsables russes

M. Garneau a souligné ses craintes au ministre ukrainien Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, quant au mouvement de troupes de l’armée russe près des frontières ukrainiennes, en Crimée.

La Crimée, péninsule attachée au sud de l’Ukraine et donnant sur la mer Noire, a été annexée par la Russie en 2014.

Un conflit qui se poursuit

Le conflit entre l’Ukraine et la Russie se poursuit à petit feu depuis, alors que quatre membres des services ukrainiens ont été tués le 26 mars dernier à Donbass, ville de l’est de l’Ukraine où a pourtant eu lieu la signature commune d’un cessez-le-feu entre les deux pays l’été dernier.

Le ministre Garneau a condamné ces actions qui «violent» le cessez-le-feu, soulignant que «le respect du cessez-le-feu est fondamental pour assurer le progrès vers une résolution pacifique du conflit dans l’est de l’Ukraine».

Dmytro Kuleba a pour sa part affirmé que «l’escalade actuelle de la Russie est systémique, la plus importante de ces dernières années».

«Les actions de la Russie ont conduit la situation à une impasse. La seule issue est la diplomatie», a-t-il ajouté.

M. Garneau a «réitéré le soutien indéfectible du Canada envers la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Ukraine».

Encore des sanctions

Il y a quelques jours à peine, le ministre avait annoncé des sanctions économiques et diplomatiques contre deux hommes d’affaires russes et quatre entités russes qui profiteraient de l’annexion de la Crimée, selon Ottawa.

Les entités sanctionnées sont principalement des entreprises de transport et de construction : la Federal State Unitary Enterprise Crimea Railway, la First Crimean Insurance Company, la JSC Lenpromtransproyekt et la JSC The Berkakit-Tommot-Yakutsk Railway Line’s Construction Directorate.

Selon le ministère des Affaires étrangères, le Canada a sanctionné plus de 440 personnes et entités depuis l’annexion de la Crimée en 2014.