/investigations/police
Navigation

Le caïd Desjardins pourra retourner directement à la maison

Le redoutable caïd n’ira pas en maison de transition à sa sortie du pénitencier

Raynald Desjardins
Photo d'archives Le caïd Raynald Desjardins sera libéré après avoir purgé les deux tiers de sa peine pour avoir comploté le meurtre de l’aspirant parrain Salvatore Montagna, en 2011. On le voit au moment de quitter le QG de la police de Laval.

Coup d'oeil sur cet article

Le caïd lavallois Raynald Desjardins, dont la libération est redoutée par la police même s’il prétend avoir pris sa « retraite » de la mafia, pourra retourner directement chez lui en sortant du pénitencier de Cowansville, le 19 avril. 

• À lire aussi: La police redoute le retour du caïd Raynald Desjardins

Dans une décision rendue publique jeudi, la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC) impose des conditions que l’influent criminel devra respecter pendant qu’il écoulera à son domicile le dernier tiers de sa peine de 14 ans pour avoir comploté le meurtre de l’aspirant parrain Salvatore Montagna, en 2011.

Raynald Desjardins au palais de justice de Joliette, le 21 décembre 2011, pour y comparaître relativement au meurtre de Montagna.
Photo d'archives
Raynald Desjardins au palais de justice de Joliette, le 21 décembre 2011, pour y comparaître relativement au meurtre de Montagna.

Toutefois, la Commission n’a pas jugé nécessaire de l’assigner en maison de transition pour des motifs de sécurité, comme c’est parfois le cas avec des délinquants à risque élevé de récidive.

Il sera interdit à l’ex-lieutenant du défunt parrain Vito Rizzuto de contacter des individus criminalisés, de fréquenter des cafés italiens et de posséder plusieurs téléphones intelligents. 

Les revenus et dépenses de l’homme de 67 ans, aussi impliqué dans l’industrie de la construction au moment de son arrestation, seront aussi surveillés de près. 

Vengeance à prévoir

Respectant les codes de la tradition mafieuse, Desjardins a « fait son temps » en silence, sans réclamer la permission de quitter le pénitencier avant d’avoir purgé les deux tiers de sa peine. 

Il a simplement fait savoir à la CLCC qu’il s’est retiré du milieu criminel, qu’il se considère comme « semi-retraité » et entend « demeurer actif » dans un travail dont la nature n’a pas été dévoilée.  

Jeudi, notre Bureau d’enquête révélait que les forces de l’ordre prévoient une guerre à finir entre Desjardins et ses rivaux de la mafia montréalaise. 

Les policiers s’attendent à ce que Desjardins, dont plusieurs proches ont été assassinés durant son incarcération, cherche à se venger de ses ennemis du clan Rizzuto. 

Il a lui-même été visé par un complot de meurtre en 2015 et transféré dans un pénitencier au Nouveau-Brunswick parce que sa tête était alors mise à prix au Québec.  

C’est d’ailleurs pendant qu’il était détenu là-bas qu’il s’est allié à Brian James Marriott, le leader du Spryfield M.O.B., une dangereuse bande criminelle des Maritimes qui préparerait déjà le retour de Desjardins sur le terrain, selon nos sources. 

– Avec Félix Séguin et Hugo Joncas