/sports/soccer/cf-montreal
Navigation

L’intensité monte sans cesse

Les joueurs termineront leur préparation au Québec ce dimanche

CF Montréal
Photo d’archives, Martin Chevalier Wilfried Nancy ne lésine pas quand vient le temps de diriger ses hommes et n’hésite pas à les interrompre pour que l’exécution soit impeccable.

Coup d'oeil sur cet article

À deux semaines du début de la saison dans la MLS, l’intensité ne cesse de monter chez le CF Montréal qui va s’entraîner à domicile jusqu’à dimanche avant de prendre le chemin de la Floride, mardi.

• À lire aussi: Maciel est content de son apport

La séance d’entraînement de jeudi a duré deux heures et a donné lieu à un match simulé endiablé.

« On sent un niveau de compétition qui se rapproche de ce qu’on va avoir en Floride, et ce, plus la saison va approcher », a indiqué Emanuel Maciel par l’entremise d’un interprète.

« Le groupe comprend de mieux en mieux ce que le coach attend et la cohésion est de plus en plus grande. »

Nancy impliqué

Wilfried Nancy, qui était plutôt calme comme adjoint, se montre très impliqué comme entraîneur-chef.

Jeudi, on l’a vu à plusieurs reprises interrompre des exercices et parfois lever le ton afin que ses consignes soient claires et appliquées.

« Quand il veut mettre l’accent sur quelque chose, il n’hésite pas à nous le dire et c’est très important », a soutenu Erik Hurtado.

« C’est de la transparence pour les joueurs et je pense que c’est très bon d’en avoir. »

Nancy n’hésite jamais à prendre les joueurs et à les repositionner ou à faire reprendre un exercice afin qu’il corresponde à ses attentes.

Deuxième camp

On le disait, l’équipe va prendre la direction de la Floride au début de la semaine prochaine afin d’aller terminer sa préparation dans la région d’Orlando.

Outre Bjørn Johnsen, qui est en Espagne pour la naissance de son enfant, près d’une dizaine de joueurs sont déjà sur place puisqu’ils s’y sont rendus directement après leur séjour en équipe nationale.

« Ça sera un peu comme un deuxième camp, croit Hurtado. J’ai hâte qu’on puisse rejoindre le reste de l’équipe. On va pouvoir apprendre comment tout le monde joue. »

L’Américain, qui ne connaissait personne à son arrivée à Montréal, soutient avoir hâte de faire la rencontre de tout le monde et de voir la réelle forme que va prendre l’équipe.

Il n’a que 18 ans, mais l’attaquant Sunusi Ibrahim présente déjà beaucoup d’assurance.

Un tank

Le Nigérian n’est pas très grand, mais il est costaud, ce qui lui confère le centre de gravité d’un tank et c’est un peu comme ça qu’il fonce vers les arrières adverses.

Il l’a souvent vu foncer tête baissée et tenter de traverser un mur sans pour autant tomber au sol.

On voyait d’ailleurs un début de combinaison intéressante avec Romell Quioto, retourné dans le couloir gauche, son poste de prédilection.

Parlant du Hondurien, il n’a rien perdu de son efficacité. Pendant un exercice, il s’est retrouvé sur la ligne de touche coincé entre deux adversaires. Faisant face à la ligne, il a dégagé le ballon d’un geste vif du pied, se retournant pour repartir avec la balle sans que ses deux opposants comprennent ce qui venait de se passer.

Un autre qui paraît bien depuis le début du camp, c’est le milieu de terrain de 17 ans Rida Zouhir, un produit de l’Académie. Il joue avec assurance et son niveau est très proche de celui que l’on attend d’un joueur professionnel. Il marque sans doute de gros points ce printemps.