/opinion/columnists
Navigation

Québec et Lévis victimes du relâchement général

Coup d'oeil sur cet article

Si Québec se retrouve de nouveau dans le rouge, c’est parce que des gens comme le propriétaire du Méga Fitness Gym, fermé d’urgence en raison d’une éclosion, ne croient toujours pas que la COVID-19 est dangereuse et font preuve de négligence.

La situation à laquelle on assiste, qui fait suite aux mesures d’assouplissement du début mars, s’explique par un relâchement général, comme l’a mentionné hier le Dr Horacio Arruda. « On n’accuse pas personne, dit-il, c’est un constat. » 

On connaît tous des gens qui pensent, même après un an et le fait que la planète a cessé de tourner en raison du virus, que ce n’est pas pire qu’une grippe. On connaît tous aussi des gens qui ne respectent pas les règles, se croyant invincibles et oubliant leur responsabilité envers les autres.

Ces « invincibles » oublient la distance, le port du masque, le lavage des mains et autres. Or, la situation « dépend de l’adhésion aux mesures », rappelle François Legault. 

Trop facile

C’est trop facile d’en vouloir au gouvernement parce que les mesures sont resserrées. Certes, on n’en peut plus et on n’en revient pas d’être ramené au point de départ. On croyait une telle situation derrière nous, avec la vaccination. 

Mais c’est plutôt à tous ceux qui ne respectent pas les mesures qu’il faudrait en vouloir, si on veut être logique. Le gouvernement n’a absolument aucun intérêt ni avantage à resserrer les mesures, qui ne font que des mécontents. 

Mais voilà, le virus a muté, est beaucoup plus contagieux, et engendre des symptômes plus graves. On l’a vu avec l’exemple du Méga Fitness Gym, qui est à l’origine de 68 cas de COVID-19 et de huit éclosions en milieux de travail, et dont la Santé publique a exigé la fermeture hier. 

Son propriétaire, Daniel Marino, avait défié les autorités sanitaires en juin et ouvert son établissement. Il a depuis multiplié les publications à saveur complotiste et contre les médias.

Le Journal apprenait hier que ce dernier était hospitalisé aux soins intensifs après avoir contracté la COVID-19. 

De nombreuses lacunes sanitaires avaient été observées par la Santé publique ces derniers jours. La réalité l’a rattrapé, comme elle nous a tous rattrapés hier. Maintenant, soyons prudents et respectueux des mesures. 

La situation nous pousse à bout, mais c’est le seul moyen de s’en sortir, en attendant que la vaccination soit complétée.