/news/coronavirus
Navigation

Sous peu, les variants pourraient rendre les vaccins inefficaces

Coup d'oeil sur cet article

Les vaccins actuels pourraient devenir obsolètes d’ici un an contre les variants de la COVID-19, selon un nouveau rapport pour lequel on a obtenu l'avis d'experts de la santé publique de 28 pays, certains à Montréal.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

• À lire aussi: Une preuve que le virus ne prend pas de répit

Selon l’enquête menée par The People’s Vaccine Alliance auprès de 77 épidémiologistes à travers le monde, la plupart des experts croient que les mutations du virus rendront inefficaces les vaccins de première génération dans moins d’un an.

Pire encore, le tiers des spécialistes interrogés affirment que les vaccins seront obsolètes d’ici neuf mois.

Sur cette photo: la queue à l’entrée du site de vaccination du Stade olympique de Montréal.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Sur cette photo: la queue à l’entrée du site de vaccination du Stade olympique de Montréal.

La coalition derrière ce rapport, qui regroupe 50 organisations comme Oxfam et ONUSIDA, a aussi questionné des virologues et des spécialistes des maladies infectieuses. L’École de santé publique de l'Université de Montréal a participé à cette recherche, est-il souligné dans le document. 

Toujours selon l’enquête, près de 88% des épidémiologistes croient que le faible taux de vaccination des pays pauvres augmente les risques d'apparition de variants dans le monde. 

«Il est probable que seulement 10% des habitants de la majorité des pays pauvres seront vaccinés l'année prochaine», s’inquiète The People’s Vaccine Alliance. 

PAS DE PANIQUE

Roxane Borgès Da Silva, professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal (ESPUM), affirme qu’il existe des solutions pour adapter les vaccins aux nouveaux variants.

«On a des vaccins annuels qui sont déjà en place, comme avec les vaccinations contre la grippe. On les renouvelle tous les ans avec une nouvelle souche. Tous les virus mutent, c’est normal. Les vaccins sont faits pour une souche et ils peuvent ensuite évoluer», rassure Mme Borgès Da Silva.

L’experte affirme qu’il y a aussi du positif lié aux mutations de la COVID-19.

«Dans l’histoire de l’humanité, toutes sortes de virus sont apparus. Dans certains cas, les mutations de ceux-ci se sont avérées moins nocives et elles ont aussi disparu. Donc, il ne faut pas juste voir un portrait noir des variants. Toutes les situations sont possibles», mentionne au Journal la professeure de l’ESPUM.

  • Écoutez la chronique politique d’Emmanuelle Latraverse sur QUB radio:

VIRUS SANS FRONTIÈRE

Constat similaire pour Gaston De Serres, épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), qui rappelle que le virus n’a aucune frontière.

«Il y a très peu de pays en développement qui ont accès aux vaccins, en ce moment. Les fabricants sont déjà en train de voir comment ils pourront déjouer les mutants, dont celui qui est africain, mais il est surtout temps de développer une stratégie mondiale de vaccination», commente M. De Serres.

Selon lui, personne ne sera à l’abri de la COVID-19 tant que toute la population mondiale ne sera pas vaccinée. 

À VOIR AUSSI | Plus contagieux, plus résistants: ce que nous savons des variants  

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres