/sports/golf
Navigation

Volte-face d’une surdouée

2021 Augusta National Women's Amateur
Photo courtoisie, Augusta National Women Amateur La Française Pauline Roussin-Bouchard fait partie de l’élite mondiale du golf féminin.

Coup d'oeil sur cet article

AUGUSTA | Il y a deux ans, Pauline Roussin-Bouchard n’avait pas réussi à mériter une invitation à la première édition du Championnat amateur féminin du Augusta National. Perdue au-delà du 200e rang mondial amateur, elle s’est depuis prise en main dans une spectaculaire volte-face.

• À lire aussi: Mauvais résultat, expérience incomparable

• À lire aussi: Rose Zhang se démarque dans le vent

La talentueuse Française maintenant âgée de 20 ans a grimpé les échelons du palmarès mondial à très grande vitesse depuis le printemps 2019. 

Ses consécrations en Europe, dont au Championnat international amateur d’Italie en mars 2019, et d’excellentes performances dès son arrivée chez les Gamecocks de l’Université de la Caroline du Sud l’ont aidée à prendre le premier rang dès le printemps 2020. 

Les explications de cette soudaine explosion ? 

« Je me suis mise au travail. J’ai mis beaucoup de temps, de dévouement et de patience. Je me suis attardée à chaque petit détail, a-t-elle expliqué au club de golf Champions Retreat, où elle n’a pas connu le départ souhaité. 

« Je suis bien encadrée à l’université. Pour progresser, il faut toujours apprendre et gagner en expérience, a ajouté celle qui compte quatre victoires universitaires à son actif à ses deux saisons en Caroline du Sud. 

« Je n’oublie jamais mon principal objectif. C’est une question de motivation et d’acharnement au travail. » 

Gérer ses émotions

Depuis deux ans, Roussin-Bouchard a aussi énormément travaillé sur son attitude et la gestion de ses émotions sur le parcours. Au golf, on connaît l’importance de la force psychologique. Elle a appris à s’en servir comme une arme plutôt qu’une grenade minant ses cartes. 

« Comme le répète mon entraîneuse des Gamecocks, Kalen Anderson, nous devons accomplir notre travail. Cela signifie qu’il faut minimiser les erreurs mentales. » 

Force est d’admettre en consultant sa feuille de route personnelle, tant en Europe que sur le circuit collégial américain, qu’elle a su maîtriser ses émotions et que le travail réalisé a porté ses fruits.

En deux saisons chez les Gamecocks, elle a déjà inscrit son nom dans le livre des records du programme. Ultra douée et puissante, la Française sait plonger sous la normale dans les grands moments. 

Difficile à accepter

À pareille date l’an dernier, Roussin-Bouchard acceptait mal son sort, alors que la pandémie avait freiné son élan. Figurant dans le top 5 mondial, elle entrevoyait de grandes choses à Augusta. 

Cette fois, elle avait amplement mérité son billet pour la seconde édition du prestigieux Championnat amateur féminin du Augusta National. 

« C’était très difficile à accepter, car d’un coup, tout a été annulé au même moment. Nous étions en pleine saison collégiale et du jour au lendemain, les objectifs et la cadence atteints, tout a disparu. J’ai dû retourner en France à poireauter durant deux mois à la maison, a raconté la native de Carqueiranne, sur la Côte d’Azur.

« J’ai au moins réussi à trouver un côté positif à cette situation. J’ai profité du temps en famille et j’en suis ressortie plus forte. » 

Cette semaine, sur la plus importante scène de sa jeune carrière, Roussin-Bouchard s’est fixé de grands objectifs. Impossible toutefois de les connaître, car elle ne les partage pas. 

« C’est parfois difficile à gérer. Cet événement est une étape d’une longue aventure. Mais je peux assurer qu’avoir du plaisir fait partie de mes principaux objectifs. » 

Avec sa fiche cumulative de +4, bonne pour le 14e rang, elle a réussi à se faufiler en ronde finale sur le parcours du Augusta National. Une expérience excitante où elle voudra en mettre plein la vue.