/sports/golf
Navigation

Brigitte Thibault, fonceuse et déterminée

2021 Augusta National Women's Amateur
Photo courtoisie, Augusta National Women Amateur Malgré l’élimination survenue hier, Brigitte Thibault a profité de chaque moment de son expérience au Augusta National.

Coup d'oeil sur cet article

AUGUSTA | Depuis son jeune âge de six ans, les parents de Brigitte Thibault plaisantent au sujet de la débrouillardise de leur fille. Si déterminée qu’ils auraient pu la laisser seule dans un endroit isolé et qu’elle aurait retrouvé son chemin jusqu’à la maison. C’est exactement la recette qu’elle applique dans sa jeune carrière sur les allées.

• À lire aussi: Une occasion unique à ne pas rater

• À lire aussi: Le billet avant l’examen

« Elle est hyper débrouillarde. Lorsqu’elle a une idée en tête, elle le fait, raconte le paternel, Daniel. Depuis ses débuts au golf, elle sait où elle s’en va. Elle va tout défoncer pour y parvenir. »

Discipline de fer

Partout où elle est passée, l’athlète maintenant âgée de 22 ans s’est signalée. Que ce soit sur un terrain de soccer, dans un gymnase pour le cheerleading, et même au piano.

Sa marque de commerce ? Une discipline de fer et un acharnement au travail. En y ajoutant quelques gouttes de talent, la chimie opère. 

Pas étonnant qu’en moins de huit ans sur les allées, elle compte une poignée de victoires sur le circuit collégial de la NCAA en plus de nombreux autres titres amateurs, tant au Canada qu’aux États-Unis, et deux présences au Championnat amateur féminin du Augusta National. Elle a également approché le 100e rang amateur au monde.

Dans une discipline où l’attention est de plus en plus portée sur les statistiques, Thibault s’améliore sans cesse. Depuis sa première saison collégiale en 2017-2018, elle a retranché en moyenne trois coups par ronde en baissant jusqu’à 71,67 coups. Elle doit atteindre 70 coups par ronde pour espérer avoir du succès en passant chez les pros. 

En poursuivant ses études à la maîtrise à l’université Fresno l’an prochain, elle continuera à peaufiner son jeu. Et qui sait, la reverra-t-on une ultime fois à Augusta ? 

Plan acheté

Entraîneur de l’équipe nationale féminine, Tristan Mullally lui a présenté un plan clair et détaillé à son arrivée au sein de la formation en 2018. Thibault l’a aussitôt acheté et mis à exécution en travaillant son approche et tout l’aspect psychologique du jeu. 

Comme l’écrivait le grand Bobby Jones à l’époque : « Le golf est surtout joué sur un terrain de 5,5 pouces... soit l’espace entre les deux oreilles. » 

Thibault a vite compris que la force de l’esprit l’amènerait loin. L’équipe nationale met d’ailleurs énormément de ressources à sa disposition. Elle a de plus gagné en maturité.

« Avec elle, on a toujours un œil sur les objectifs à long terme, a raconté l’entraîneur ayant entre autres compté le Nord-Irlandais Graeme McDowell parmi ses élèves. Elle a une tendance et une belle progression dans son développement. Elle vise la LPGA.

« Il n’est pas commun de voir ces aspirations chez une jeune athlète avide d’expériences, a-t-il ajouté. C’est la preuve qu’elle est unique. Elle met tous les efforts et les énergies nécessaires. Elle voit le portrait global. 

« Chez certains athlètes, ce peut être risqué de regarder trop loin. Surtout quand ils n’ont pas toutes les habiletés nécessaires pour y arriver. C’était le cas de Brigitte quand elle est arrivée dans l’équipe. J’ai ramené les objectifs à court et moyen termes tout en ne perdant pas de vue ceux à long terme. Dans son cas, on construit brique par brique quotidiennement, ce qui paiera dans quelques années. »

Chez les Bulldogs, son entraîneuse Emily Loftin estime qu’elle n’a jamais rencontré une fille montrant une si grande force psychologique. Selon elle, ses expériences en trimballant son sac sur la route des États-Unis en 2020 l’ont rendue encore plus forte qu’auparavant. Elle croit que c’était l’aventure dans laquelle s’embarquer pour goûter à la vie des pros. 

Ronde inoubliable

Vendredi, malgré la déception d’une élimination hâtive au championnat féminin, elle a pleinement savouré son expérience en ronde de pratique sur le parcours du Augusta National. 

Elle a retrouvé le cadet, Dave Kinsey, avec qui ça avait cliqué en avril 2019. Une fois de plus, elle a écouté ses judicieux conseils, les yeux bien ouverts sur la beauté de l’endroit se déroulant devant elle. Il l’a mise en confiance. 

« C’est 20 fois plus mémorable qu’à ma première visite. Je suis restée dans le moment présent. Je n’ai pas pensé à l’avenir. Et j’ai bien joué, a relaté Thibault qui aurait écrit un respectable 76 (+4) à sa carte. 

« Je sais que toute cette expérience cette semaine me sera utile plus tard. Elle l’avait été en 2019 en m’ouvrant les yeux. » 

Déterminée en regardant ses objectifs, elle continuera à mordre dans son aventure, peu importe les résultats au passage.