/world/usa
Navigation

Le Capitole à nouveau pris d’assaut

Un homme a tué un policier en percutant un muret près de trois mois après l’attaque des pro-Trump

Coup d'oeil sur cet article

Le Capitole des États-Unis a été visé vendredi par une nouvelle attaque lorsqu’un homme a tué un agent en plus d’en blesser un autre en les frappant avec sa voiture avant d’être abattu.

Les forces de l’ordre recueillent des preuves sur les lieux vendredi après qu’un véhicule eut chargé une barricade au Capitole.
Photo AFP
Les forces de l’ordre recueillent des preuves sur les lieux vendredi après qu’un véhicule eut chargé une barricade au Capitole.

« Nous savons à quel point les temps sont durs pour le Capitole, pour tous ceux qui y travaillent et ceux qui le protègent », a souligné le président des États-Unis, Joe Biden, qui s’est dit « dévasté ».

Photo AFP

Cette attaque survient moins de trois mois après un assaut meurtrier mené par des manifestants pro-Trump le 6 janvier, qui avait fait cinq morts, dont un policier, en plus des dizaines de blessés.

Photo AFP

Vendredi, en début d’après-midi, deux agents ont été heurtés par une voiture bleue qui a ensuite percuté une barrière.

C’est à ce moment que « le suspect est sorti du véhicule avec un couteau à la main » et « a commencé à s’avancer vers les agents », qui lui ont tiré dessus, a raconté la cheffe de la police du Capitole à Washington, Yogananda Pittman. Il est décédé vers 13 h 30.

Billy Evans.
Policier décédé
Photo AFP
Billy Evans. Policier décédé

L’agent William « Billy » Evans, qui travaillait dans la police du Capitole depuis 18 ans, a succombé à ses blessures.

Un autre policier a été grièvement blessé, mais il reposait dans un état stable vendredi soir.

Jeune suspect

Le jeune suspect de cette attaque, Noah Green, 25 ans.
Photo AFP
Le jeune suspect de cette attaque, Noah Green, 25 ans.

Selon plusieurs médias américains, le suspect serait Noah Green, un ancien joueur de football universitaire de 25 ans. Il aurait obtenu un diplôme de l’université Christopher Newport, à Newport News, en Virginie, en 2019, a précisé CNN.

Il se décrirait comme un « adepte de Farrakhan » sur sa page Facebook, en référence au leader de la Nation de l’islam, Louis Farrakhan.

Photo AFP

Cette organisation politico-religieuse fondée en 1930 est connue pour ses enseignements combinant des éléments de l’islam traditionnel et des idées nationalistes noires. Le militant et défenseur des droits de l’homme afro-américain Malcolm X en a déjà été le porte-parole, des années 1950 jusqu’en 1964.

L’attaque ne serait pas liée au « terrorisme » ont rapporté les autorités, qui vont « bien évidemment continuer d’enquêter », a précisé le chef de la police de Washington, Robert Contee.

Photo AFP

Dans les semaines précédentes, Noah Green aurait rapporté sur les médias sociaux qu’il avait perdu son emploi et souffrait de troubles médicaux. 

Il aurait aussi déclaré qu’il croyait que le gouvernement fédéral le ciblait en « contrôlant son esprit », toujours selon CNN.

Une autre attaque

Après l’assaut du 6 janvier, le siège du Congrès avait été placé sous très haute protection.

« On venait à peine de commencer à diminuer les mesures de sécurité autour du Capitole. Peut-être qu’on ne sera pas très pressé de continuer à les abaisser finalement. Ça envoie des images spéciales au reste du monde », signale Rafael Jacob, chercheur associé à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand de l’UQAM.

Photo AFP

Symbole du pouvoir

L’expert rappelle qu’en presque 10 ans, de nombreuses attaques ont été perpétrées contre ce symbole du pouvoir et contre des membres du Congrès.

« Une représentante démocrate a été blessée il y a 10 ans dans une fusillade. En 2013, il y a eu un accident semblable avec une voiture. En 2017, une autre fusillade avait ciblé des membres du Congrès qui jouaient au baseball de manière amicale », énumère M. Jacob.

Photo AFP

Si les élus du Congrès sont en vacances parlementaires cette semaine, certains membres de leurs équipes, des employés, des journalistes et des policiers étaient présents lors de l’attaque.

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a quant à elle ordonné de mettre les drapeaux en berne au Capitole en hommage au policier décédé, « martyr pour notre démocratie ».  

– Avec l’AFP