/sports/opinion/columnists
Navigation

Lemieux et Makhmudov pour 6 $

SPO-BOXE-DAVID-LEMIEUX
Photo d’archives Comme bien d’autres boxeurs, David Lemieux pourra bientôt être contrôlé par les amateurs de jeu vidéo.

Coup d'oeil sur cet article

Ça doit être l’aubaine du siècle. Disons de la décennie. Peut-être de l’année. En tous les cas de la semaine.

Un fan de boxe, qu’il soit au Québec, aux États-Unis ou en Russie, pourra se payer David Lemieux, Arslanbek Makhmudov ou Sadriddin Akhmedov pour six dollars. US évidemment. 

Ne craignez rien, Eye of the Tiger Management n’a pas décidé de vendre des actions de ses trois stars. C’est beaucoup plus complexe... et compliqué.

Une compagnie de jeux vidéo, E Sports Boxing Club (ESBC), va lancer d’ici les Fêtes un jeu vidéo de boxe très haut de gamme, si j’en juge par les images préliminaires que j’ai pu visionner. Les boxeurs ont un jeu de pieds qui ferait l’envie de Lexson Mathieu et les coups sont d’un réalisme stupéfiant.

Un des boxeurs choisis pour la démonstration est Arturo Gatti et on a respecté sa hargne et sa combativité. 

Real Boxing était probablement le jeu favori des fans dans le passé, mais ce premier concurrent réel lancé en 10 ans risque de faire des malheurs. 

ALI et compagnie

La plupart des jeux vidéo finissent par offrir des bonis, de l’or ou des avantages si vous payez avec votre carte de crédit. Ce qu’on appelle « a game currency ». Ce ne sera pas le cas avec ESBC. C’est au départ que le fan fera son déboursé. En payant pour le boxeur qu’il voudra voir dans le ring.

« Les négociations ont été longues et le contrat a été signé le 29 mars », explique Camille Estephan. Le joueur pourra acheter une légende, disons Muhammad Ali ou un champion du monde actuel ou un boxeur spectaculaire qu’il aimerait voir et contrôler. Il pourrait organiser un combat entre Sadriddin Akhmedov et Roy Jones et décider de contrôler Akhmedov en comptant sur les qualités et habiletés qu’on aura réservées à Sadriddin », explique Estephan.

Ainsi, les concepteurs vont donner une très grande puissance de frappe à David Lemieux ou à Arslanbek Makhmudov, une mobilité et une intelligence du ring exceptionnelles à Muhammad Ali ou une force de frappe meurtrière à Mike Tyson. Selon les goûts des joueurs...

Un joueur très habile pourra améliorer la défense de Lemieux ou la mobilité de Makhmudov, mais les qualités de base seront déjà déterminées par les concepteurs. 

PAYÉS AU POURCENTAGE

Les propriétaires de ESBC signent des ententes avec les promoteurs ou les athlètes. On garantit un pourcentage des sommes payées par les joueurs et les amateurs. Si 10 000 amateurs sur la planète payent pour faire jouer David Lemieux, ça donne 60 000 $ US. Camille Estephan ne veut pas donner le pourcentage, mais ce genre d’entente offre généralement entre 15 et 25 % des revenus à l’athlète. C’est évident que la clientèle est mondiale et que le jeu va être conçu pour Microsoft, Sony et tous les consoles et ordinateurs de la planète. 

Si les Russes décident de s’offrir Artur Beterbiev et Arslanbek Makhmudov, ça peut monter vite. En visionnant les vidéos déjà disponibles, j’ai noté que Vasyl Lomachenko est déjà prêt à monter dans le ring. L’Ukraine va se faire plaisir.

Si ESBC décroche Canelo Alvarez et le marché hispanique, c’est de millions dont on parle. 

Chez les journalistes, les personnages de Mathieu Boulay, de Francis Paquin, de Laurent Paquin, de Nancy Audet et de l’humble chroniqueur vont se vendre trente sous...

MAKHMUDOIV À EL PASO LE 24 AVRIL

Pendant ce temps, les choses se bousculent. Arslanbek Makhmudov va enfin se battre, mais ce sera le 24 avril et ce sera à El Paso, une ville charmante à la frontière du Texas et du Mexique. En moto, ça prend 20 minutes à traverser.

On a enfin trouvé un adversaire... mais le contrat n’était toujours pas signé hier en fin d’après-midi. Même chose pour Christian M’Billi, qui va monter dans le ring le 22 avril à New York. Tureano Johnson, celui qui devait affronter David Lemieux au Madison Square Garden, avait retiré sa candidature il y a quelques mois, mais il vient de rappliquer. Ça ferait un excellent adversaire, mais rien n’est encore signé. Pour vous donner une idée, Ievgen Khytrov, Vladimir Shishkin, Steven Nelson, Tureano Johnson, Max Bursak, Jerry Odom se sont déjà désistés. Mais Johnson semble revenir dans le décor.

LEMIEUX CONTRE LANDETA

Par ailleurs, à moins d’un contretemps malheureux ou d’un fonctionnaire de la Santé publique qui se mêlerait dans ses papiers, c’est l’Espagnol Ronnie Landeta qui va affronter David Lemieux au Centre Vidéotron. C’est un combat risqué pour Lemieux, qui n’a pas encore été très convaincant à 168 livres.

Simon Kean va faire les frais de la demi-finale pour TVA Sports en affrontant Donald Haynesworth. C’est un gros gaillard qui a déjà perdu contre Bryan Jennings à New York. On l’a croisé à Montréal alors qu’il était le boxeur suppléant pour Sam Peter lors d’un combat contre Makhmudov. Il est gentil comme tout, mais il est dangereux dans le ring pendant les deux ou trois premiers rounds. Il cogne comme un sourd. Ce sont justement les rounds qui donnent du fil à retordre à Simon Kean, souvent trop tendu au départ d’un combat.

CLAGGETT CONTRE GERMAIN

Mais le combat qui va faire lever les gens dans le salon, c’est celui entre Mathieu Germain et Steve Claggett. Les deux se sont livré un duel épique qui s’est conclu par un match nul au Casino de Montréal il y a deux ans. Depuis, Claggett a fait du progrès et Germain a perdu par knock-out contre Yves Ulysse à Rimouski.

Ce combat va être la finale au réseau Punching Grace avant l’entrée en ondes de TVA Sports. 

DANS LE CALEPIN | Si Yvon Michel veut présenter un combat de Kim Clavell le 20 août au stade IGA, il devra faire vite. EOTTM veut demander la date du 28 août. Comme les fonctionnaires de la Régie des alcools, des courses et des jeux (?) ne peuvent s’occuper de plus d’un gala par mois sans s’épuiser, Yvon Michel devra payer rapidement le dépôt pour réserver sa soirée. On parle d’environ 5300 $...