/news/coronavirus
Navigation

Vaccination: le Chili fait la leçon au Canada

Le tiers des habitants sont vaccinés contre la COVID-19

CHILE-HEALTH-VIRUS-VACCINATION
Photo AFP Des travailleurs de la santé distribuent le vaccin chinois de Sinovac contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de la capitale, Santiago.

Coup d'oeil sur cet article

Le Chili parvient à être un champion mondial de la vaccination contre la COVID-19 avec trois fois moins de ressources que le Canada et sans aucune capacité de production nationale de vaccins.

• À lire aussi - COVID-19 : 25 millions de cas déclarés en Amérique latine

• À lire aussi - Le Canada au 43e rang mondial pour la vaccination

• À lire aussi - COVID-19: des mutations qui pourraient résister aux vaccins

Ce pays d’Amérique latine a immunisé plus du tiers de sa population en distribuant 10,3 millions de doses à ses 17 millions d’habitants. Le Canada en a administré moitié moins alors qu’il est deux fois plus peuplé.

Les Chiliens disposent pourtant d’un PIB par habitant trois fois inférieur à celui des Canadiens et leur gouvernement dépense huit fois moins en santé. 

Bien que le système de santé local soit grandement privatisé, l’immunisation contre le coronavirus est gratuite, comme chez nous.

« Nous sommes le deuxième pays au monde à vacciner le plus rapidement, derrière Israël. [...] Nous en sommes évidemment très fiers », a déclaré, début mars, le ministre chilien de la Santé, Enrique Paris, à la presse internationale.

Pour réussir un tel tour de force, « nous avons commencé très tôt à négocier des contrats avec plusieurs laboratoires », a poursuivi Rodrigo Yañez, du ministère des Affaires étrangères. 

Ce discours ressemble fort à celui du gouvernement Trudeau, qui répète avoir « le portfolio de vaccins le plus diversifié au monde ». Par contre, la composition du carnet d’achats chilien est fort différente de la nôtre.

Grâce au vaccin chinois

Comme au Canada les premières doses distribuées au Chili à temps pour Noël provenaient de Pfizer. Mais, maintenant, 90 % des doses administrées dans ce pays austral proviennent du laboratoire chinois Sinovac, qui est capable de livrer les vaccins en plus grande quantité et plus rapidement que son concurrent.

L’immunisation de masse a ainsi débuté dès février.

Les Chiliens sont vaccinés dans les dispensaires de proximité partout au pays et dans des centres de vaccination de masse. Ils se présentent sur place sans rendez-vous, le jour où leur âge est appelé. Des ambulances parcourent aussi les zones rurales pour vacciner les gens directement à domicile.

Troisième vague

Dans ce contexte, « beaucoup de gens ont pensé que, comme les vaccins étaient arrivés, le problème était résolu et ils ont beaucoup relâché les mesures pour se protéger », déplore la Dre Claudia Cortés, infectiologue à l’Université du Chili.

Or, comme l’immunité collective (80 % de vaccinés au moins) est encore loin d’être atteinte, même au Chili, le virus continue de circuler et de se transformer. Comme chez nous, les variants ont ainsi pris le dessus sur la souche originale du virus.

Ils ont poussé le pays au bord de la catastrophe sanitaire en quelques semaines. C’est 95 % des lits aux soins intensifs qui étaient occupés au 1er avril, et le système hospitalier pourrait bien ne pas résister au congé pascal.

Dans l’espoir de redresser la barre, le gouvernement a imposé un confinement total, sans même la possibilité de sortir la fin de semaine pour acheter des produits de base. 

La science d’ici cédée aux Chinois profite à ce pays   

Le Chili est sur le point d’accélérer sa campagne de vaccination grâce à un vaccin chinois basé sur une technologie canadienne, mais les Canadiens n’y ont pas accès.

Le président chilien Sebastien Piñera a annoncé mardi avoir signé un accord avec CanSino qui lui permettra de recevoir 1,8 million de doses en mai et en juin.

Selon les données de la pharmaceutique, le vaccin est efficace à 90,98 % contre les cas graves de COVID-19 et à 65,7 % pour éviter les cas symptomatiques. Il ne requiert qu’une dose et peut être conservé à une température située entre 2 et 8 degrés Celcius pendant trois mois.

« Nous espérons que ce nouveau vaccin CanSino sera approuvé pour un usage d’urgence par l’Institut de Santé publique et sera disponible pour renforcer et accélérer le programme de vaccination de masse, et ainsi atteindre les générations plus jeunes plus rapidement », a dit le président Piñera en conférence de presse.

Technologie d’ici

Les médias chiliens ont immédiatement insisté sur l’origine sino-canadienne de ce vaccin. Il est en effet basé sur une lignée cellulaire développée avec des fonds publics canadiens.

Cette technologie appartient au Centre national de recherche du Canada (CNRC), un organisme de recherche fédéral qui a accordé une licence d’utilisation à CanSino en 2014.

Le laboratoire chinois a d’abord utilisé la lignée cellulaire HEK293SF-3F6 pour produire un vaccin contre l’Ebola, avant de l’utiliser pour mettre au point celui contre la COVID-19.

Partenariat avorté

Le CNRC a annoncé en grande pompe, le 12 mai 2020, qu’il collaborerait avec CanSino pour développer ce sérum au Canada. Il devait être testé sur des volontaires canadiens, puis fabriqué à Montréal dans les installations du Conseil de recherche grâce à un investissement de 44 millions $.

Mais le Canada n’a finalement jamais reçu les doses qui devaient arriver de Chine pour lancer les essais. L’accord est tombé à l’eau en août 2020. C’est plutôt au Chili que la compagnie a mené ses essais cliniques.

Le vaccin est actuellement homologué en Chine, au Mexique, en Hongrie et au Pakistan.

Cette semaine, la compagnie a aussi offert des doses à COVAX et lancé des discussions avec l’Union européenne, a déclaré à l’agence Bloomberg le vice-président de CanSino, Pierre Morgon.

À VOIR AUSSI | Plus contagieux, plus résistants : ce que nous savons des variants  


 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres