/news/currentevents
Navigation

Un chauffard ivre aurait tué un bon papa

L’homme qui a percuté le motocycliste à Châteauguay est accusé de conduite avec les facultés affaiblies

Frédéric Cardinal
Photo courtoisie Frédéric Cardinal, qui pose avec ses enfants, Noah et Eva, a été impliqué dans une collision qui lui a coûté la vie, mardi, alors qu’il essayait sa nouvelle moto.

Coup d'oeil sur cet article

Une famille endeuillée met en garde contre les dangers de conduire en état d’ébriété, quelques jours après une collision ayant coûté la vie à un père qui était le héros de ses deux enfants.

• À lire aussi: Accident à Châteauguay: un motocycliste succombe à ses blessures

• À lire aussi: Accident à Châteauguay: un homme en état critique, une arrestation

«Il n’y a plus d’excuse pour prendre le volant après avoir bu. C’est un fléau qu’on s’explique difficilement. Aujourd’hui, une famille est détruite. On a deux enfants inconsolables d’avoir perdu leur père, leur héros», souffle Frédéric Babin.

Son beau-frère et ami de longue date Frédéric Cardinal profitait du beau temps mardi soir pour faire une balade avec sa toute nouvelle moto sport.

Vers 20h20, le père de 39 ans a été impliqué dans une collision avec un autre véhicule, à l’angle des boulevards René-Lévesque et Brisebois, à Châteauguay, sur la Rive-Sud de Montréal.

L’enquête est toujours en cours pour déterminer la cause de l’impact.

Automobiliste arrêté 

Le conducteur du VUS impliqué a été arrêté immédiatement sur les lieux.

Christian Patrick Dauphinais, 43 ans, fait face à des accusations de conduite avec les capacités affaiblies causant la mort.

L’homme de Saint-Jean-sur-Richelieu, qui n'aurait pas d'antécédent judiciaire d’après nos recherches, est demeuré détenu après sa comparution au palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield.

Frédéric Cardinal
Photo Agence QMI, Erik Peters

«Il était dans un état d’ébriété avancé. Les policiers nous ont parlé d’au moins deux fois au-dessus de la limite permise. Frustrant, c’est peu dire», rapporte Frédéric Babin.

Le mécanicien de profession a pourtant lutté pour sa vie pendant plusieurs heures à l’hôpital avant de succomber à ses blessures.

Sa sœur cadette, Marie-Justine Cardinal, s’imagine les derniers moments de son frère: «C’était une balade anodine. Il a sorti sa nouvelle moto et il devait juste être heureux. C’était sa passion, mais il était toujours prudent et responsable», dit-elle.

«Vu notre grande différence d’âge, mon frère était mon modèle. C’était un père dévoué, comme tout le monde rêverait d’avoir. Chaque hiver, il construisait le plus gros fort de neige du quartier pour ses enfants», poursuit Mme Cardinal.

L’idole de ses enfants

Le plus triste, c’est que la vie de deux enfants «a été détruite» par cette tragédie. Noah, 9 ans, et sa sœur, Eva, 5 ans, sont dévastés, se désole Frédéric Babin.

«Noah n’est plus le même depuis mardi. On le voit dans son regard qu’il y a comme un vide. Il avait un lien unique avec son père. Il aimait faire de la mécanique avec lui et le voyait comme son idole», raconte l’ami du défunt.

Encore trop bouleversée par les événements, la conjointe de Frédéric Cardinal, Marie-Christine Babin, a préféré ne pas accorder d’entrevue.

«Le décès de Fred laisse un vide que rien ne pourrait remplir», soutient avec émotion le frère de celle-ci, lançant un message de sensibilisation contre l’alcool au volant afin de sauver ne serait-ce qu’une autre famille d’un tel drame.


Frédéric Babin a mis sur pied la collecte de fonds «Aide pour les enfants de Fred Cardinal» via GoFundMe, notamment pour leur offrir un soutien psychologique.