/sports/opinion/columnists
Navigation

Le CH de retour dans l’élite

Oilers vs Canadiens
Photo Martin Chevalier Dominique Ducharme est en train de prouver qu’il a ce qu’il faut pour être l’entraîneur-chef du Canadien à long terme.

Coup d'oeil sur cet article

De grâce, qu’on enlève le terme « intérim » du titre de Dominique Ducharme ! L’entraîneur-chef du Canadien a redressé la barque si bien que le Tricolore est, à mes yeux, de retour parmi l’élite de la Ligue nationale de hockey.

Lors des derniers matchs, on a vu une équipe qui donnait un effort constant durant 60 minutes. La profondeur est redevenue une alliée, comme c’était le cas en début de saison, et je commence à croire que ça se jouera entre Toronto, Winnipeg et Montréal dans la division Nord.

Il faut donner crédit à Ducharme pour ça. Lorsque Marc Bergevin a congédié Claude Julien, il avait martelé l’importance d’amener une nouvelle voix dans le vestiaire.

On voit les résultats en ce moment.

Les joueurs étaient habitués à être dirigés d’une certaine façon, et Ducharme, sans tout chambouler, a rapidement installé sa vision, sa façon de faire. C’est un jeune entraîneur qui doit encore faire ses preuves, on le sent motivé et enthousiaste et ça déteint sur les joueurs.

PAS CONSERVATEUR

Humblement, je dirais même que Ducharme est moins conservateur que nous, les vieux coachs. Normalement, après qu’un gardien a réussi un blanchissage comme Carey Price l’a fait face aux Oilers d’Edmonton, la logique veut qu’on le renvoie dans la mêlée au match suivant. Pourtant, jeudi soir, Ducharme a décidé de faire confiance à Jake Allen contre les Sénateurs d’Ottawa.

Je ne sais pas comment a réagi Price à cette décision, mais il y a une chose qu’il ne peut pas reprocher à son nouvel entraîneur : il n’a pas peur de prendre des décisions.

Il ne faut pas oublier non plus l’autre nouvelle voix, celle d’Alexandre Burrows, qui a relancé l’avantage numérique du Canadien. Ce qui lui arrive actuellement est certainement irréel. Quand il a pris sa retraite comme joueur, au terme de la saison 2017-2018, je suis pas mal convaincu qu’il n’aurait jamais parié sur le fait qu’il serait de retour dans la LNH, comme entraîneur, moins de trois ans plus tard !

DANAULT DE RETOUR

Tout ça amène un vent d’air frais, une culture gagnante.

Après tout, Ducharme a gagné à plusieurs niveaux avant d’atteindre la LNH. Il a mené les Mooseheads d’Halifax à la conquête de la coupe Memorial et Équipe Canada junior à celle de la médaille d’or. Je comprends que la LNH n’est pas le junior, mais une chose ne change pas : c’est du hockey et il n’y a pas mille et une façons de gagner.

Coïncidence ou pas, il faut admettre que Phillip Danault est un joueur transformé depuis l’arrivée de Ducharme. Il a montré tellement de caractère depuis le début de la saison et il semble finalement remis de toutes les rumeurs entourant la négociation de son nouveau contrat. Brendan Gallagher, Tomas Tatar et lui ont certainement eu une conversation lors de laquelle ils se sont regardés dans le blanc des yeux, et ils sont redevenus le trio redoutable de l’an dernier.

Danault affiche un différentiel de +19 en affrontant la plupart du temps les meilleurs éléments adverses. Il est redevenu un indispensable pour le Canadien et je ne le vois nulle part ailleurs qu’avec le Tricolore.

COMPÉTITION INTERNE

Le retour du trio de Danault crée une compétition interne encore plus féroce. L’arrivée imminente d’Eric Staal ne fera qu’ajouter à cette saine lutte.

Tout ça fait en sorte que personne n’a le luxe de prendre une soirée de congé. On l’a vu récemment avec le jeu d’Artturi Lehkonen, de Paul Byron et de Jake Evans. Tout le monde sait que quelqu’un est prêt à prendre sa place et la garder.

Et ça, ce n’est que positif pour la suite des choses.

– Propos recueillis par Kevin Dubé 

Les échos de Bergie  

LE RECORD D’ALAIN INTACT

L’attaquant de l’Avalanche du Colorado Joonas Donskoi a inscrit un tour du chapeau en 3 min 27 s cette semaine contre les Coyotes de l’Arizona. Il s’agit du deuxième plus rapide tour du chapeau dans l’histoire de la concession Nordiques/Avalanche derrière... mon ami Alain Côté ! Je me souviens comme si c’était hier de ce match du 1er avril 1984 lors duquel Alain avait marqué trois buts en l’espace de 2 min 17 s contre les Bruins de Boston. Encore aujourd’hui, on associe souvent Alain au fameux but refusé par Kerry Fraser, mais on oublie qu’il a aussi marqué l’histoire des Nordiques grâce à des buts qui ont compté ! Alain, t’es correct. Ton record est encore intact !

DE PETITES TAPES

La Ligue nationale de hockey a imposé des amendes de 5000 $ aux joueurs vedettes Connor McDavid et Nathan MacKinnon cette semaine. McDavid a servi un coup de coude à la tête de Jesperi Kotkaniemi, tandis que MacKinnon a lancé sur Conor Garland le casque protecteur de ce dernier qu’il lui avait préalablement enlevé lors d’une escarmouche. La LNH a perdu une chance de passer un message et de montrer qu’elle n’avait pas peur de suspendre ses meilleurs joueurs. En donnant des amendes de 5000 $ et en suspendant les joueurs marginaux, le circuit Bettman ne fait rien pour enrayer les coups dangereux. Les gestes de McDavid et de MacKinnon incarnaient de la frustration pure et dure. Je comprends que les meilleurs joueurs sont souvent les plus ciblés par l’adversaire, mais ça ne justifie pas d’accepter qu’ils passent leur frustration avec des coups salauds. 

GALCHENYUK EN MISSION

Enfin, l’entraîneur-chef des Maple Leafs de Toronto, Sheldon Keefe, a libéré Auston Matthews et Mitch Marner du boulet qu’ils devaient traîner en jouant avec Joe Thornton. Zach Hyman est un bien meilleur complément à ces deux joueurs vedettes, mais ce n’est pas la décision que j’aime le plus en ce moment chez les Leafs. En plaçant Alex Galchenyuk avec John Tavares et William Nylander, Keefe a donné une chance en or à l’ancien du Canadien de relancer sa carrière, et vous savez quoi ? Je pense qu’il va le faire. Il joue du bon hockey en ce moment et l’on sent qu’il a compris qu’il en était à sa dernière audition avant un billet simple pour la KHL.