/weekend
Navigation

Montréal retour sur l’image: un monde pour la bicyclette

Coup d'oeil sur cet article

 1. Un défilé « spatial »

L'image en noir et blanc date de 1981. (656, rue Sainte-Catherine O.)
Photo courtoisie, Fonds Le Monde à bicyclette, Cyclo Nord-Sud
L'image en noir et blanc date de 1981. (656, rue Sainte-Catherine O.)

Le 3 juin 1981, c’est le jour où les cyclistes partent à la conquête de l’espace... celui qu’occupe l’automobile. Imitant les automobilistes souvent seuls dans leur véhicule, neuf manifestants munissent leur vélo d’un cadre en bois représentant la dimension d’une voiture Datsun (Nissan). De passage sur Sainte-Catherine, coin University, ce défilé du Monde à bicyclette attire l’attention. Sans comprendre, certains automobilistes trouvent que les cyclistes prennent bien de la place ce jour-là. Frustré, l’un d’eux les dépasse en roulant sur le trottoir de la rue Sainte-Catherine à la hauteur de Jeanne-Mance ! Pourtant, les participants voulaient faire prendre conscience de l’espace accaparé par la voiture, comparé à celui de la bicyclette, qui n’émet aucun bruit ou pollution. Se méfiant des « politiciens, fonctionnaires et autres amateurs de cocktails », les membres du Monde à bicyclette préfèrent les actions originales comme celle-ci pour sensibiliser la population et inciter la Ville à se doter d’infrastructures permanentes pour le vélo. 

 2. « Opération Moïse »

Photo courtoisie, Fonds Le Monde à bicyclette, Cyclo Nord-Sud

Mais que fait ce cycliste costumé en Moïse ? Le lundi de Pâques du 20 avril 1981, une trentaine de membres du Monde à bicyclette se réunissent au bord du fleuve pour un « cyclodrame » de leur cru. Cette pièce de théâtre se veut humoristique, mais aussi porteuse d’un message. Joué par Philippe Coutu, Moïse clame les dix commandements du cycliste sous les encouragements des fidèles. Puis, avec son bâton, le prophète tente d’assécher un passage sur le fleuve pour permettre aux valeureux cyclistes de rejoindre la Terre promise : la Rive-Sud. Mais contrairement à la mer Rouge, les eaux restent impénétrables. La sourde oreille de Yahvé reflète celle des autorités municipales qui refusent alors l’aménagement d’une passerelle vélo-route sur les ponts, l’installation de support à vélo à l’avant des autobus ou encore l’accès au métro aux cyclistes. Multipliant les actions flamboyantes, les adeptes de vélo urbain obtiendront gain de cause. 

3. À la mémoire de Cicely Yalden 

Photo courtoisie, Fonds Le Monde à bicyclette, Cyclo Nord-Sud

Devant « Le Roi du Souvlaki », deux militants s’affairent à sécuriser l’angle Rachel et Clark à la suite d’un triste événement. Le 7 juin 1990, alors que la cycliste Cicely Yalden venait de contourner une voiture stationnée sur la piste cyclable de la rue Rachel, un camionneur tourne sur la rue Clark, happant à mort l’étudiante de 24 ans. Le désarroi et la colère règnent. Depuis des mois, les travaux traînent en longueur pour finaliser la piste cyclable sur Rachel. Sans signalisation adéquate, la piste déjà utilisée par les cyclistes n’est pas sécuritaire. Malgré les appels dans les journaux, cinq semaines passent sans que la Ville termine l’aménagement. Outrés par le manque d’action concrète, les cyclistes prennent eux-mêmes les pinceaux pour interdire le stationnement au niveau de l’intersection. Active de 1975 à 2000, l’association le Monde à bicyclette a contribué par les initiatives de ses membres à faire de Montréal une ville plus ouverte et plus sécuritaire pour tous les cyclistes.


Pour en savoir plus, visitez l’exposition Le Monde à bicyclette, vers une ville nouvelle à la Maison de la culture de Notre-Dame-de-Grâce, présentée du 6 avril au 6 juin 2021.